wpff209b99_05_06
H. Matisse, “Nature morte à la danse 2” (1912), http://kerdonis.fr/ZMATISSE01/wpimages/wpff209b99_05_06.jpg

Regardez voir : on n’en finit pas de suivre la nature morte jusqu’à l’art vivant, ni les balbutiements de l’enfance ou de la démocratie jusqu’à l’éducation libératrice, fédératrice… Le nouveau Forum Mondial de la Démocratie de Strasbourg nous invite précisément à nous poser ensemble cette vaste et pressante question : sur DÉMOCRATIE, ÉGALITÉ, QUE PEUT L’ÉDUCATION ?

Écoutez voir d’abord les créations plastiques et les vidéos héroïques formant, dans la grande salle de l’Aubette à Strasbourg, l’exposition “Nous, enfants de Syrie“.

p1040223
Exposition “Nous, enfants de Syrie”, cliché Théâme.

Écouter, voir, agir : tel est notre devoir pour combattre, avec la cécité, la meurtre des cités, dont les sursauts dansent encore de tragiques souffles d’aurore.

p1040245
Exposition “Nous, enfants de Syrie”, cliché Théâme.

Danser sur des volcans et jouer malgré les mines sauvera-t-il donc ces enfants dont l’exil même illumine au-dessus de leurs propres dangers comme de nos refus de changer ? Danser dans l’obscurité sans nulle sécurité ? Par chance il existe, nous dit doucement Jean d’Ormesson, un Guide des égarés : “notre cerveau, écrit-il page 62, prend le relais de la création” par l’art, et peut-on espérer, le pas sur la destruction par le flux du salut.

p1040233
Film “Nous, enfants de Syrie”, capture d’écran par Théâme.

Avançons donc de l’égarement à la rencontre pour que jamais ne… dorment sons ni rythmes ! Mais combien d’obstacles aux humains miracles ! Les plus sacrés des nœuds souffrent de maux haineux… Comment délivrer ses frères des terriers imposés, ou bien apprivoisés au point que chacun préfère humer des airs délétères – sous des glaçons nécrosés – à l’éclair qui désaltère ?

Nuit Blanche 2016 :
Parade des Taupes à travers Nanterre, http://www.nanterre-amandiers.com/wp-content/uploads/2016/09/paradetaupes.jpg

Il faut voir, écouter, plus qu’avoir et goûter : tel est le seul devoir de notre espèce humaine que, mal gré qu’elle en ait, la solidarité mène ! Les Amandiers ont perdu leur duvet de nacre et leurs fruits de sacre pour des troupeaux tout émus par l’ombre qui tombe dru comme des bombes… De même les taupins d’autrefois, engourdis jusqu’aux yeux, jusqu’aux doigts, par la nuit plus noire que blanche où l’on révise – aveugle – et “planche”, ne voyaient plus le jour dans le tunnel des Concours. Ainsi la démocratie somnole sous l’inertie… Laisserons-nous tuer comme des complices, presque avec délice et sans rien remuer, notre mère EurOPE, et crever ses libres-VUES qui nous fraient de fraîches et fraternelles rues ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *