UNIR L’EUROPE, 2018 : Septième Itinéraire Citoyen Européen.

Avec Théâme, nous avons quitté Jacques Schmitt voilà juste un an. Pendant la maintenance de ce modeste site, le président d’UNIR L’EUROPE, grand “Europe-trotter”, reporter-rédacteur, n’est évidemment pas resté sans projet ni sans idée : car, une fois mise au point la boussole, contre les vents tout bâtiment s’envole. Le Septième Itinéraire Citoyen Européen est en cours, assez bien lancé – comme vous pourrez le voir dans les lignes et billets à venir – pour nous donner à penser en avant l’Europe qui continue de se chercher, de se trouver, ou plutôt de se construire, sur des engagements itinérants comme ceux dont Jacques Schmitt nous donne l’exemple et l’énergie.

Premier article : “Robert Schuman et Helmut Kohl

SYMBOLES DE L’ACTION EUROPEENNE EN MARCHE !

Le 7ème Itinéraire citoyen européen a choisi deux « guides » d’exception pour engager son périple à travers l’Europe en cet été 2018.

Le départ à la maison de Robert Schuman à Scy-Chazelles s’est effectué à une date symbolique : le 10 août 1950, il présentait à l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe à Strasbourg son plan européen de mise en commun des productions du charbon et de l’acier après son annonce du 9 mai dans le salon de l’Horloge. Cette étape était pour lui pragmatique pour faire avancer les esprits vers l’unité politique qui était le fondement et le but de son engagement dans la construction d’un « modèle de société » capable d’être la traduction des valeurs humanistes et spirituelles qui sont les nôtres. Avec son petit sourire, il nous dit avec force : « Où en êtes-vous ? » et pense certainement que nous avons bien du mal à progresser sur le chemin et que nous sommes des enfants bien agités et dissipés qui apprennent mal leurs leçons.

Notre recueillement sur la tombe d’Helmut Kohl nous a rappelé une étape bien plus récente. Cet homme, notre voisin rhénan, a conduit son pays vers l’unité, rassemblant les deux morceaux de l’Allemagne divisée par la guerre « froide ». Il est aussi le « mentor » d’une chancelière incomparable qui tient ferme le gouvernail des « valeurs » quand son pays et quelques personnalités ambitieuses de son gouvernement servent des intérêts électoralistes et que des partis aux relents nationalistes reviennent au Bundestag.

Ici à Spire ou Speyer, nous sommes sur le « limes » du monde romain… deux cents kilomètres plus loin, nous sommes sur la ligne de barbelés qui séparait la RFA de la DDR… et certains voudraient croire que nous pourrions construire un mur de l’EUROPE pour nous protéger des migrants comme le 3ème Reich pensait arrêter le « tsunami » de la liberté sur les côtes de l’Atlantique ! La chancelière était hier à Algésiras pour rechercher une solution européenne commune à cette question.

Certaines personnes agissent avec persévérance quand d’autres se « réfugient » dans de petits cercles égoïstes en espérant fuir le problème qui se pose à leur conscience. Oui, l’Europe élève celles et ceux qui y croient.

Jacques SCHMITT

L’itinérant européen

Ecrit à la Wartburg le matin du 12 août 2018″

UNIR L’EUROPE 2018 : Septième Itinéraire Européen.

Deuxième article : “WEIMAR, LA BELLE ENDORMIE

SANS LE SAVOIR, ELLE NOUS ATTEND

Demain, nous serons sur la Goetheplatz de la célèbre petite ville de Thuringe, mais aujourd’hui nous arrivons parmi un flot de touristes très estivants venant ici comme on va à Gotha ou à Bayreuth, prendre un bain de culture en achetant des ouvrages de Schiller ou Goethe, voire Herder.

Une insouciance bien réelle flotte ici comme au temps de l’Autriche-Hongrie avant son écroulement fatidique et soudain pour ne pas avoir voulu vivre les réalités de son temps.
Ici, on achète plus facilement un « ginkgo biloba » (arbre préféré de Goethe) pour espérer grandir en sagesse que l’on ne se souvient de la proclamation de la République de Weimar tombée dans les oubliettes de la mémoire collective comme de celle de ses fondateurs, Philipp Scheidemann et Friedrich Ebert en 1919, pour sortir l’Allemagne de la défaite du Kaiser et du bolchevisme révolutionnaire explosif.

Weimar est aussi bien loin de Dresde voisine et des relents nationalistes des militants de la nouvelle AFD qui oublient que voilà moins de 30 ans ils étaient des membres obéissants du parti communiste de l’Allemagne de l’Est.

Bien loin des totalitarismes et des nouvelles peurs qui alimentent les nationalistes, Weimar… Alors il est temps d’éveiller un peu plus sa conscience républicaine et son sens des valeurs qui soutiennent la culture européenne, qui ne se limite pas à la visite des anciennes cours princières et ducales. Demain, UNIR L’EUROPE rappellera aux citoyennes et citoyens de Weimar le sens universel des paroles de l’hymne européen écrites par un certain J. Schiller.

Jacques SCHMITT

L’itinérant européen”

Or Weimar veille : voici “une alliée spontanée mobile pour distribuer les bulletins de « propositions citoyennes européennes »” !

UNIR L’EUROPE, Septième Itinéraire Européen : à Weimar.

Troisième article : “GRANDIR EN GABARIT DE FORUM CITOYEN EUROPEEN

Weimar, la républicaine ? A nous de lancer les appels à la citoyenneté européenne sur la Goetheplatz ce matin, car la population est plus habituée au tourisme culturel qu’au forum démocratique.

C’est notre première grande installation pour ce 7ème itinéraire citoyen européen, et l’endroit est central, idéalement situé aux arrêts de bus. Les citoyens sont largement endormis autour du bloc mortuaire du grand-duc, Carl Alexander, en attendant que débute ce lundi. L’itinérant les rappelle à la conscience politique avec ces « Zettel » (bulletins au format A6 destinés à finir dans une urne placée à quelques pas) qui doivent les faire réfléchir sur la façon dont elles et ils voient « leur » Europe.

Vers la fin de matinée, les curieux s’approchent du camping-car de la démocratie citoyenne européenne. Et puis, la discussion s’engage. « C’est vrai, ce n’est pas aux politiques du pays de faire l’Europe. D’ailleurs, ils ne savent pas de quoi les citoyens ont vraiment besoin au quotidien : nous tous avons besoin de pouvoir faire à notre échelle des choses toutes simples de la même manière partout en Europe. » Ce sera le leitmotiv du jour : les bulletins vous raconteront la suite et nos projets dès que possible.

Une jeune femme prend un paquet pour aller distribuer les bulletins à ses amis ; des lycéennes et lycéens font de même.

L’ATTRACTION DU JOUR POUR UNIR L’EUROPE

Elle est d’un autre ordre, mais tout aussi proche de notre pensée : car elle nous amène à réfléchir à l’avenir de la démarche citoyenne européenne UNIR L’EUROPE. Un immense camion porte-container s’installe à nos côté :, il transporte une « exposition itinérante » du Bundestag et du Ministère de l’Agriculture « CONSTRUIRE AVEC DES MATERIAUX NATURELS – NATURWOHN-TOUR ». L’exposition est au format d’un container qui est déposé dans un seul mouvement sur la place, préparé en 4 heures par 4 vérins hydrauliques, d’une ingéniosité folle. Regardez les photos !

Vous aurez compris, nous avons devant nous le futur « FORUM CITOYEN EUROPEEN ITINERANT » que nous devons réaliser. C’est aussi bien que le bus auquel j’avais pensé, une mission qui m’occupera dès notre retour et qui m’est rappelée sinon imposée ici. La démarche citoyenne est un devoir de tous les jours.

Jacques SCHMITT

L’itinérant européen

UNIR L’EUROPE, Septième Itinéraire Européen : à Weimar, “le rêve éveillé du CAMION FORUM EUROPEEN”.

Quatrième article : “ARC-EN-CIEL EUROPEEN

C’est l’apanage des anciens régimes communistes que de pouvoir accorder des privilèges exceptionnels. Ici, au camp de prisonniers de guerre de Zagan, l’un des plus importants durant la seconde Guerre mondiale et devenu célèbre grâce au film « La grande évasion », nous avons droit à un stationnement pour la nuit à côté du Mémorial. Notre hôte est le directeur du musée du camp et il a les clés des boîtiers électriques. Imaginons un camping-car sur le parvis du camp du Struthof ! Nous nous installons et un arc-en-ciel se forme au-dessus du site, moment de recueillement instantané !

Bien sûr, je pense à mon père qui a passé deux années ici, et à toute la population des soldats de cette immense ville faite de stalags. Face à l’avancée de l’Armée rouge fin 1945, ils partiront dans la neige sous la conduite de quelques gardes allemands : cette retraite fera autant de dégâts que la détention.

Les aviateurs britanniques avec quelques Français dont un Mosellan, malgré leur fantastique tentative d’évasion par le tunnel « Harry », n’auront pas eu plus de chance. Tous sont rattrapés, les officiers fusillés. Mais le mythe de la LIBERTE s’est enraciné au STALAG VIII-C. Je porte sur ma poitrine la plaque n°24475 de mon père tout en écrivant.

Le lieu vieillit mal, peu entretenu ; l’heure est plus à la rénovation de la ville de Zagan et du château de Talleyrand-Périgord, car Napoléon est passé ici en laissant quelques prébendes au génial diplomate boiteux. Françoise Sagan, liée de façon éloignée, ira y puiser son nom d’écrivaine. Dieu, que la France est inépuisable d’ingéniosité intellectuelle !

Les actuels 25 000 habitants de Zagan, ville de Silésie passée de l’Allemagne à la Pologne, sont bien loin de ces considérations. Les fonds européens permettent la rénovation urbaine. Les maisons ont repris des couleurs vives et les rues piétonnes sont jalonnées de restaurants, boutiques de téléphonie et d’agences bancaires.

C’est aussi le 15 août : nous assisterons à la procession mariale et à la parade militaire. Nous sommes dans la très catholique Pologne qui est encore stricte avec les valeurs traditionnelles et qui parfois oublie de regarder vers les autres, trop repliée sur elle-même comme d’autres pays d’Europe centrale. Pourtant, la liberté et la prospérité ne sont pas revenues toutes seules même si les combats de « Solidarnošc » ont soulevé le joug communiste.

Allons aujourd’hui ensemble fêter les valeurs de l’Europe humaniste et chrétienne avec les Zaganais, qui verront sur la place de la Mairie deux individus d’une espèce pro-européenne à la façon « républicaine française » tenir un « forum citoyen » pour faire avancer l’unité politique par la voie démocratique de cette nécessaire Maison commune…

Jacques SCHMITT

L’itinérant européen

Si la boussole est limpide, elle consolide et guide : arc-en-ciel substantiel.

UNIR L’EUROPE, Septième Itinéraire Européen : à Zagan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *