Premier spécimen d’un masque maison : papier qu’on peut plier plus serré, mais à jeter de toute manière après usage.

Les rivières printanières courent sans doute aussi rapidement qu’un virus couronné bizarrement.

Mulhouse, le canal de l’Ill le 19 mars 2020.

Contre ses bourrasques, même s’il faut un peu cacher votre sourire et l’ensacher, faites-vous un masque ! Pour neutraliser la fiévreuse toux, il suffit de deux feuilles d’essuie-tout, d’une simple agrafeuse, de deux élastiques sains et d’un adroit tour de main : vous saurez entourer d’une soigneuse barrière(1) contre l’enfer les êtres qui vous sont chers tout comme ceux qui passent près de vous par la nasse !

Se protéger dans l’achat des produits de première nécessité (cliché du 19/03/20).

Dans la tradition, le masque était un objet noir de sorcellerie. En opérant son salutaire effet, le voici blanchi par la maladie. Au-jour-d’huis-clos, internés d’internet, le printemps attend : disons-le tout net. On peut également chasser la catastrophe en cousant deux élastiques à de l’étoffe épaisse : le produit peut se laver – et le mal être sans danger bravé.

(1) Comme le rappelle la presse (page 3 du quotidien L’Alsace publié le 21 mars 2020), ce masque artisanal doit être impérativement détruit après usage, et de toute manière après deux heures.

Matériel nécessaire pour confectionner un masque de fortune : rouleau d’essuie-tout, agrafeuse, élastiques.

Grand merci donc à Denise, à la vidéo transmise de Colmar notamment aux Mulhousiens. Car il faut supporter les vocalises hurlées dans le vide par les cloches, les chiens, la sirène stridente et les hélicoptères, dans une atmosphère étonnamment claire… Mais une aire de jeux déjà frémit près des oiseaux faisant chanter la sève, aux fenêtres où les jeunes amis attendent à distance qu’enfin s’achèvent les travaux, que le partage se relève, que l’huis-clos tombe à l’eau, qu’en pleine lumière l’école elle-même à nouveau décolle ! Avançons donc masqués, comme René Descartes, dans le tunnel casqué pour que l’humanité de plus belle reparte vers la solidaire flamme de liberté.

Mulhouse le 19 mars 2020 : aire de jeux en cours d’installation
sur une des berges de l’Ill à réaménager.

One Reply to “Travail manuel pour temps actuels.”

  1. “La profondeur exige le masque”, disait Nietzsche. Comme on désire une trêve, sur la barrière de papier, de cette jument de mauvais songe au museau repu d’écumes qui tuent. Pourtant que la rivière est belle et qu’est bleu le ciel de ce printemps qui commence ! “Joue et dors, bonne soif”, conseille René Char. Car, malgré les “oppresseurs sévères”, il faut qu’enfance joue et il faut que le bien-aimé dorme pour être comblé de bienfaits, comme chante le psaume. Créons des clusters de vie bonne. Tout finit par concourir, assure saint Paul, au bien de ceux qu’Il aime. Le corona-minus nous désoeuvre : ne le laissons pas nous diminuer, nous couronner de peu aimables pavots. Les cloches qui avaient perdu la foi, cet aquilon les cogne et les presse, rêveuses, de chanter à chacun une parole qui porte immédiatement secours, de prononcer les mots essentiels qui font que la nuit ne soit pas toujours la nuit. Que chacun, comme ne cesse d’y inviter Théâme, cultive l’ATTENTION, petite soeur modeste de la prière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *