P1020476

“Paris change ! mais rien dans ma mélancolie

N’a bougé ! […] Tout pour moi devient allégorie”,

écrivait Charles Baudelaire dans celle de ses Fleurs du mal  intitulée “Le Cygne”.

P1020477

Si nous l’osions, nous pourrions en paraphraser trois vers et changer le triste cygne en une cigogne accouchant, d’un vol allègre et sans voix aigre le long d’un canal strasbourgeois, les droits de l’homme…

P1020492

Il se joindrait même à ces oiseaux, dans le sillage de Picasso, la colombe fraternelle : elle file à tire-d’aile d’une ville à ses sœurs, avec force et douceur. Par ses itinéraires de contacts partenaires, UNIR L’EUROPE met en relation concrète son association et les cités que tour à tour l’histoire a reliées et séparées : il faut croire et contribuer à cette simple Union dans la diversité de nos cultures, qui bâtissent l’aventure future. L’espace strasbourgeois peut se dilater en joyeuse et créative liberté, de manière que les rencontres ne courent plus contre la montre ! D’après le quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace paru ce 14 juillet, Jacques Schmitt et Christophe Cartier sont revenus avec des cadeaux glanés au fil de leur voyage eurocitoyen : dans les villes qui les ont accueillies, la fierté constatée “d’être Européennes”, mais aussi le vif désir d’une “identité européenne”, d’un “projet économique et social pour l’Europe”, exprimé dès leur retour, le jour de la fête nationale, à Strasbourg qui “doit être le pilier démocratique de l’Europe”.

Elle tisse avec cœur tant de réseaux sans peur que les dialogues sourient au creux de l’Orangerie, que le passé pousse au jardin les souffles d’un nouveau matin, où jamais ne se sont tues les voix des chères statues.

P1020474

Pour UNIR L’EUROPE, laissons la capitale européenne organiser de vraies moissons, labourer, puis accueillir les graines qui ne demandent qu’à lever sous les plus rigides névés.

P1020484

Est-ce une bastille qu’il faut prendre d’assaut ou bien une quille entre le sable et l’eau ?

P1020479

Ne jouons plus à l’abordage : le quatorze juillet, c’est la fête à la paix.

P1020480

Regardez : sur les berges, parfois des murs hébergent d’insolites veilleurs pour nous rendre meilleurs…

P1020465

Formons donc nos équipages : ainsi, les nations voient ensemble plus loin ; qu’ainsi de nos peuples elles prennent soin, dans une harmonie digne de la vie, dans l’énergie d’un bel enlèvement – non pas de pirates, mais d’accords qui battent pour l’EurOpe la mesure et l’élan vers l’allégresse de la justesse, jusqu’à ce qu’un nouveau monde monte à la tour, jusqu’à ce que l’Esprit vienne appeler le jour.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *