martin-schongauer-madonna-in-rose-garden-3136904-jpg_2785876_660x281
La Vierge au Buisson de roses ou Marie d’avant le rosaire, lepoint.fr .

Marie du Rosaire vint par Martin Schongauer à Colmar un siècle avant la bataille de Lépante et tant de marins guerriers qui se lamentent : il ne faut sauter que pour mieux sauver !

Marie Vierge et Mère aime, marche, espère. Qu’il suffise pour s’en persuader d’écouter la parole composée par Anne Miguet “pour l’inauguration du logo gravé dans le grès de nos Vosges, de Marie d’Espérance, en la Saint François d’Assise 2015 :

[…] Un logo c’est cela, comme un verbe fait chair,

Ce Verbe dont le prologue de Jean nous dit qu’il EST avant toute chose

Et qui se nomme en grec O LOGOS […]

Ô l’économie de la joie et du trait, faisant danser près de la croix les douces courbes du visage de Marie.

Ces trois traits qui dansent et tout le reste est à inventer

Pour que dans la pierre et dans nos cœurs à Marie d’Espérance

Le Seigneur bâtisse son église.”

SONY DSC
Paroisse Marie d’Espérance, catholique-belfort-montbe.cef.fr .

Marie du Rosaire créa le chapelet. Mais Marie espère et fait couler son lait : c’est une paix à faire, sans hésiter et sans compter.

L’Europe est certes enviée, mais demeure réfugiée depuis toujours, depuis l’amour d’une lointaine Levantine pour l’aventure diamantine du Couchant, et du chant qui transforme le crépuscule en aubes : rien ne les macule, mais tout accord les accomplit dans la paix en marche, sans plis.

P1020028
Strasbourg, Parlement européen : 7 octobre 2015, cliché Théâme.

Voici la teneur des résolutions prises aujourd’hui devant les députés européens face à la crise des réfugiés, mais aussi de l’Europe, par le président de la république François Hollande :

“Rien n’est plus vain que de chercher à se sauver seul. C’est l’histoire qui nous le confirme.

Solidarité et responsabilité, toujours les mêmes pensées.

Le débat est entre l’affirmation de l’Europe et la fin de l’Europe.

Il faut une marche en avant plutôt qu’un retour en arrière”.

P1020022
Parlement européen, 7 octobre 2015 : M. Schulz, A. Merkel, le roi d’Espagne Felipe et F. Hollande, cliché Théâme.

Et, concernant les pressantes questions actuelles comme celles qui se présenteront encore, la chancelière allemande Angela Merkel conclut en ouvrant sur l’inlassable recherche de la synergie nécessaire : “Plus que jamais, il nous faut le courage et la cohésion de l’Europe”. Notre nom propre et commun d’EurOpe ne nous met-il pas lui-même en marche,  par son sens de Large Vue, entre l’espérance et la libération, pour soigner les douleurs au-delà de nos peurs ?

P1020040
Strasbourg, Parlement européen, 7/10/15 : au premier plan, A. Merkel et F. Hollande, cliché Théâme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *