Claire Audhui, http://www.la-croix.com/France/Politique/DIRECT-Suivez-journee-premier-tour-presidentelle-2017-04-23-1200841637 – Cliché http://img.aws.la-croix.com/2017/04/23/1200841637/henin-affiches_13_728_488.jpg

Charles Baudelaire s’écriait dans Les Fleurs du mal : “Homme libre, toujours tu chériras la mer !” Où donc sont passés… le beau de la mer et de nos aires par ces tempêtes de chaînes, de haine – ou l’étymologie du MOUVEMENT délié qui semble relié nécessairement à la LIBERTÉ  ? En tout cas, le poète ajoutait déjà : “Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes”.

Claire Audhui en “résurrectrice” / http://www.rue89strasbourg.com/wp-content/uploads/2015/03/couv_une.jpg

Depuis nos villages jusqu’à des rivages certes éloignés, mais hospitaliers, une source pourtant désaltère et nous tend vers la résistance à conduire, vers l’avenir à construire, dans “l’amour de l’autre”, comme le vit encore un val de verriers et d’amis, le long de la Bièvre et parmi les lièvres…

Jacques Schmitt, “2000 ans au bord de la Bièvre – Biberkirch, Histoire de son église”, Voltaire Editions, 2017 / Cliché Théâme.

De livre en livre, un autre grand voyageur nommé Henri Chambaud se délivre des vagues, du vague et de l’inutile par la netteté du style, par l’orchestration de la narration, par la cadence des voix et des pas, comme aimanté par “l’Amour… la clef de voûte”.

Henri Chambaud, “Des rencontres nécessaires”, L’Harmattan, avril 2017 / Cliché Théâme.

Or seul l’amour chasse la peur (1 Jn 4, 18) et la vérité seule rend libre (Jn 8, 32). Mais comment la liberté serait-elle plus aimée que l’amour, alors que la peur aveugle, alors qu’elle rend sourd, qu’elle s’échine à chasser la liberté ? Faut-il alors craindre les assommantes et sournoises manœuvres qui s’ingénient à nous faire obscurément désirer le meurtre du désir, jusqu’au suicide de la liberté ? Écoutons encore, en lecteurs qui se guident mutuellement, le grand Inquisiteur dire au Christ, dans la bouche d’Ivan Karamazov et sous la plume de Dostoïevski : “Ne leur répétais-tu pas sans te lasser : Je vous apporte la liberté ? […] Sache donc que ces hommes sont, précisément, aujourd’hui plus convaincus que jamais de leur entière liberté, et cependant ils l’ont en réalité abdiquée très humblement en nos mains.” Ivan développe cette idée prêtée au grand Inquisiteur pour éclairer également son candide cadet Aliocha croyant à de l’ironie : “Il se fait un mérite, tout au contraire, à lui et aux siens, d’avoir fini par juguler la liberté, et d’avoir réussi, par là, à rendre les hommes heureux.” Que rien ne vienne donc libérer nul d’entre nous de sa liberté ; mais que puissent les gestes tendres de l’humour et de l’amour rendre, enfanter, puis garder, par l’infinie vibration de leurs fibres, les femmes ainsi que les hommes libres.

Livre audio : http://www.audible.fr/pd/Classiques/Les-Freres-Karamazov-Livre-Audio/B00Q4XHCHQ / Cliché : https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51pfdGAGbbL._SL300_.jpg

 

 

 

 

3 Replies to “Qui peut nous libérer de notre liberté ?

  1. “Le plus difficile, dans la recherche de la liberté, c’est que, parfois, on la trouve.” (Jacques Salomé)
    Merci Martine, pour ce billet hélas dans l’air du temps. Rien de plus effrayant, en effet, que la responsabilité qui découle de notre liberté. Cesser de craindre “notre propre lumière” (Nelson Mandela), le chemin de toute une vie !
    A bientôt.

  2. LIBERTE ? Ce mot ne me parle plus (Comment oser écrire cela quand tant de gens sont …physiquement prisonniers, voir le travail de l’ACAT et ses résultats )
    Trop répété, trop vague, trop codé. Pour moi seulement ? ou pour nous les “confortables” français..
    Inventer un autre mot ou …longuement le décliner.

    1. Oui, chers Amis, longuement “décliner” le mot LIBERTE, par l’attention, l’action, l’engagement solidaires – bref, par l’inlassable réponse à la servitude plus ou moins volontaire : pour aider et tendre à ne pas décliner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *