P1030548
“Lumière intemporelle”, mais floue, à la cathédrale de Strasbourg, cliché Théâme.

Lumière intemporelle” : Strasbourg le soir salue la sainteté du jour.

Dès que la pierre devient feuille, que le sourire se recueille,

P1030606
Abbatiale de Wissembourg : chapiteaux du choeur, cliché Théâme.

le dessin d’un chemin en losanges de louange sans un bruit nous instruit :

P1030602
Chemin d’Art sacré 2016, abbatiale de Wissembourg : Monique Grysole expose aux pieds d’une fresque géante de saint Christophe, cliché Théâme.

saint Christophe apostrophe alors chacun, sous les embruns.

P1030593
Wissembourg : le saint Christophe de Monique Grysole, cliché Théâme.

Quand la chapelle, amputée du premier vitrail, devenue âcre soupirail, se renouvelle, par l’unique Passion une résurrection divinement se devine : saint Jacques, sainte Anne, saint Joachim, pour leur fête se lient aux Séraphins, et la douleur s’illumine.

P1030621
Chapelle-crypte de l’abbatiale de Wissembourg : le vitrail remplaçant le “Christ de Wissembourg”, cliché Théâme.

Si la Nativité se fait revisiter, les arts et les âges lui rendant hommage,

P1030647
Chemin d’Art sacré 2016 à l’abbatiale de Surbourg : Richard Holterbach, “IL a pris chair”, cliché Théâme.

le silence laisse place à la vérité, celle qu’il faut à la justice pour être actrice, éducatrice, pour rendre leur valeur vive aux déshérités.

afflea-1466512157
http://image.toutlecine.com/photos/a/f/f/afflea-1466512157.jpg

Dès lors la céramique modèle sa musique, celle qui réveille dans le roi le candide berger au cœur droit :

P1030640
Surbourg, céramique de Richard Holterbach : “David, berger et poète”, cliché Théâme.

Même des ombres prisonnière, la liberté s’en va chanter sous les crayons de la lumière :

Des lacs d’eau pure pour les yeux d’un enfant, écrit le détenu David, Des souvenirs qui pétillent dans le cristal du temps.

9782343096070r (1)
http://www.editions-harmattan.fr/catalogue/couv/9782343096070r.jpg

2 Replies to “Quand luit la nuit.

  1. Magnifique céramique du roi, tout petit devant son jeune sujet poète et musicien !
    Messe ardente et bigarrée ce mercredi soir à St Jean.
    Réaffirmation que la paix est plus forte que la haine. Réaffirmation ? Non pas. Vécu au niveau non de la parole, mais du centre et du corps entier.

    1. Oui, merci, Chantal, de mettre à jour ce billet : de le mettre à la page de l’espérance et de la résistance à l’inhumain, puisque Dieu S’est fait Homme parmi les femmes et les hommes pour les sauver de l’horreur visible, pour leur rendre l’honneur de vivre avec les visages du ciel et de la terre, et pour les garder reliés, tel le David de Richard Holterbach, au jeune musicien roi que chacun porte en soi de par sa naissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *