Détail d’un panneau de retable : Martin Schongauer illustre la jaquette de “L’Art en Alsace”.

Rendre GRÂce est facile face à l’art : rencontrer Hans Haug n’est pas un hasard en ce premier dimanche de carême où le GRAtuit jamais ne fuit, où ventent l’essentiel et le suprême.

Hans Haug.

Même le grand âge nous ouvre les pages où tout à coup “d’abord” sonne comme “d’accord” : les mots s’inventent et puis consentent à ce que le “temps” brille comme un “chant”. Ainsi la GRAtitude  redonne l’altitude aux secrets endigués, puis au cœur fatigué.

Delphine de Vigan, “merdi” !

L’action de GRÂces ruisselle en masse : et soudain l’orphelin retrouve “la source de vie” exultant au soleil algérien, pulvérisant le néant et les riens. Alors l’âme errante est élargie aux dimensions sans dissension.

Vraiment alternatif, courant alternatif : Albert Camus par Youness Bousenna.

Celui qui rend GRÂce jamais ne se lasse : car, malgré la mort, scintille un trésor. Quand il y prend GRÂce, il prend son essor, tels les héros du documentaire “Daraya, la bibliothèque sous les bombes” diffusé ce dimanche soir, à retrouver comme un poignant témoignage venu du rivage natal d’Europe, de la Syrie : “pays rêvé, [qu’ils ont] essayé de construire [avec leurs frères] et que nous n’oublierons pas”.

Camus s’amuse de la “camuse“.

One Reply to “Prendre grâce.”

  1. Qu’il est clair et joyeux le chant de l’oiseau de théâme et Martin Schongauer et sur son perchoir de branches, comme il semble prêt à hennir et s’envoler : ” Au plus fort de l’orage il y a toujours un oiseau pour nous rassurer c’est l’oiseau inconnu: il chante avant de s’envoler.” souffle Char dans les parages, Char qui fut grand ami de Camus. Or quel plus beau chant que celui de l’action de grâces : ce devoir de gratitude fait de nous des êtres eucharistiques : alors l’homme révolté de Camus communique avec l’homme gratifié de Delphine, tel le requin avec la mouette. Oui prenons le pain de joie et rendons le vin de grâces et rendons aussi à la si belle expression ” grâce à Dieu” un sens clair et transparent, lavé par l’épée de justice et de miséricorde…Et que le merci de nos bouches s’accorde à la merci de nos cœurs afin qu tout soit grâce et que tout soit gratitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *