Cathédrale de Strasbourg : à l’image de l’Europe, toujours en travaux.

Plan de relance ou d’espérance ?

Ancienne rotonde reconvertie, en gare de Chambéry : cliché pris du train en marche.

L’entrain vient de loin prendre garde et soin par les ROUes RONDes et les ROTONDes.

Au-dessus de l’école élémentaire du Parmelan à Annecy, l’instant d'”Europe” :
en phénicien, le “crépuscule” du soir lancé vers le crépuscule du matin.

Une comète va-t-elle nous visiter ? L’école s’envole – et le lac se met à palpiter, chuchoter.

Talloires : en 2018, l’abbaye avait 1 000 ans, oeuvre de Cécil d’Estienne.

Mains jointes pour prier ou pour la propreté : après les Crêtes multimodales, voici les fraternelles sandales. Du ciel parèdre, l’ombre du cèdre distille un miel. La grâce forte de l’eau nous porte vers la paix des sommets.

Cèdre et chapiteau sur la plage de Talloires.

Inventons les sentes à gravir les pentes : il suffit d’un champ de tournesols pour entendre un chant de rossignol. Alors, tout à coup par la neige, de la terre le vent s’allège. Jamais ne dort un vrai trésor : il s’irise à la brise.

Parapente à Talloires.

“On accède à la divinité par les escabeaux de la beauté”, disait Socrate. Ainsi nos maisons, à l’écoute de la route, deviennent lentement diapasons : lorsque le ventilateur carillonne chez le maître saintier, un violon sonne.

Musée de la Cloche à Sevrier.

Parmi la roche à cru, tant de cloches ont crû que la douceur des visages dissout les embouteillages.

Marbre remontant au début de l’ère chrétienne, exposé au Château d’Annecy
dans le cadre de Passé à la loupe.

Quand les monts sont beaux comme des berceaux, la cité ludique se change en musique.

Au bord du lac d’Annecy.

Et le bois fait sa loi d’enfance qui danse depuis le Thiou mieux qu’un pioupiou.

Annecy Paysages.

L’origine s’allume dans l’osier qui parfume tandis que les paniers s’en vont appareiller.

Détail du Wicker Pavilion de Didzis Jaunzems (LV).

Le mystère désaltère…

Intérieur du “coquillage” L’Origine de Will Bockers (NL).

Le temps ne suspend pas son vol : la perle déferle de col en cime, anime des plans très lents qui soudain s’élancent en plants d’espérance.

Toujours au bord du lac d’Annecy.

Voici que les moissons veillent à l’unisson.

En route sous le toit de l’Europe.

One Reply to “Plans d’espérance.”

  1. Voici donc ce lac jamais abandonné où vint s’asseoir la Beauté, voici des escabeaux pour escalader vers elle, la toute droite, dont nous demeurons les désirants. Ainsi, “la cloche qui avait perdu la foi, un aquilon la cogne et la presse rêveuse d’en être enchantée”. Ainsi nous enchante encore Théâme, avec des muses de Savoie évoquant des rotondes et des comètes dont “la queue est par devant”. Oui, que passe devant, que passe à la loupe ou à la jumelle cette beauté qui dans nos ténèbres n’occupe pas une place, mais toute la place : monts enneigés, escaliers de la prière millénaire, billes sur le lac que froissent des cygnes, osiers aux entrelacs vertigineux, visage sculpté aux yeux hélés par un au-delà de soi… Comme un parapente, plane l’espérance dans les courants ascendants. Avec elle, comme l’alouette montons, devenons cantiques des montées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *