1544253-458897-jpg_1425118_434x276
Mosaïque de Saint-Hilarion, près de Gaza, www.lepoint.fr .

L’Europe n’est ni une fatalité, ni un besoin, ni même un désir : depuis l’enlèvement de la première Europe, elle est une passion, d’autant plus porteuse de vie qu’elle se montre moins subie.

DERAISON ET DES NOMS.

l-image-de-la-folie-de-cette-bataille-le-sommet-du-hwk-autrefois-boise-devaste-par-les-combats-collection-t-ehret
La folie de la bataille (1914-1918) a décapité dans les Vosges le Hartmannswillerkopf ou Vieil-Armand, lalsace.fr .

Dès lors, au sortir de tant de combats, la réconciliation jaillit et va… Mais, au sud du point de départ marin qui projeta la jeune Proche-Orientale vers l’ouest, se trouvent Gaza – ou Forteresse en langue sémitique ou Trésor en grec… –  et Rafah qui contient la notion hébraïque de GuérisonMalaisie et Crimée : leurs consonances négatives aux oreilles françaises doivent nous tourner également vers une active solidarité fraternelle. L’Eur-Ope n’implique-t-elle pas l’ouverture, par-delà tous les dangers, de l’aventure, de la chance de changer, d’une plus Large-Vue que toutes nos berlues ?

FOYERS DE PAIX.

P1020988
Maison natale de René Barjavel, à Nyons dans la Drôme, cliché Théâme.

En montant le guet sur les foyers de guerre, sur les cœurs qui se terrent, jamais ne se tait le feu de la paix. Deux livres complémentaires plus que contraires viennent de tomber entre les mains de Théâme : en premier, la science-fiction quadragénaire du Grand Secret de René Barjavel a sauté à mes yeux dans la bibliothèque pourtant familière. Tout en stigmatisant “le grand bain quotidien des événements de la souffrance et de la sottise universelles” (partie III “Comme le paradis”), René Barjavel propose de sortir du faux “pays de la liberté” trompeuse ; car un sage apprenti sorcier de l’immortalité lègue ce testament, murmuré plus fort que tous les murs de la mort : “Mes enfants, il faut aimer”. Alors les deux héros deviennent plus réels : “Tu n’es pas mort, puisque je vis”, avait écrit Jeanne à Roland happé par les conséquences en cascade d’une mystérieuse et terrible invention (partie I, “Comme une Jeanne d’autrefois”). Ainsi apparaît, sous quelques traces de doigts fugaces, par moments “Celui-qui-est, sous toutes ses formes divines [… et] Qui n’a qu’Un Nom”.

TEMPÊTE OU FÊTE.

P1050918
Daniel Buren au Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, cliché Théâme.

Creusant discrètement le thème de la création, extraordinaire autant que précaire, l’autre volume  est à la fois tout récent et déjà dépassé par les secousses de l’actualité :  le livre Géopolitique des chrétiens d’Orient d’Antoine Fleyfel m’a été remis par des amis voyageurs. Nous faisons “face à des situations inédites, qui nécessitent des réajustements et de nouveaux modes de présence et de relations” (page 212). A nous donc de construire les conditions où pourra germer, se propager, se partager, l’honneur de la vie humaine. Sans doute est-il vrai qu’au-delà des blessures, au-dessus des ruptures, toute libération surmonte la tempête, nous apprête à la fête, se fait facette de la Transfiguration. Entre les sympathies et les antipathies, entre la compassion et l’élaboration, l’air et les visages ne peuvent rester tristes : car l’un et les autres sont de bons coloristes…

20070211_DNA000474
Gare de Strasbourg (photo DNA), www.ericlinardeditions.com .

Sachons donc faire bloc, entre gens d’équipage venus de tout rivage,  avec l’unique Roc où nos existences ensemble dansent et jamais ne tremblent. Puisse la passion d’Europe conduire aux actions dignes de l’Europe.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *