Le_Parkour_-_Saut_de_Précision

Arte vient de diffuser un reportage filmé récemment dans la bande de Gaza. Ce nom qui signifie trésor en grec ancien scintille à nouveau d’une richesse immense, mais discrète et plutôt volatile, comme un ressort capable de glisser des spires d’énergie à travers nos yeux et nos oreilles, à des milliers de kilomètres, par d’étonnants parcours sur les parcs les plus courts… pour que respire plus large la liberté, pour en répercuter les bonds aussi légers que forts et bons.

391238730_640

Dès lors, tout se passe à notre insu comme si la grâce du geste issu de cette côte méditerranéenne par le mythique, l’antique, enlèvement d’Europe laissait place à l’avènement d’une résistance plus qu’européenne : suivez les allers-retours du contagieux point du jour qui nous insuffle une autre enfance, qui change en danse les distances… C’est ainsi que surgit à nouveau devant les tours de Notre-Dame un virevoltant Parkour de cœur et d’âme, sur le parvis qui prie et vit tandis que se diffuse la pulsation des muses : du Moyen Âge un jongleur rejaillit tel un tombeur qui tantôt s’agenouille, tantôt comme grenouilles déploie ses sauts de bas en haut !

Palestinian youths practice their parkour skills in Khan Younis in the southern Gaza Strip

Par-dessus les mers, l’onde est arrivée, décochant des chiquenaudes aux combats, lâchant des colombes au milieu des bombes, jetant des ancres comme on plante des mâts ;  et la vibration s’est enracinée dans un terreau pourtant sans eau, sur un rivage sans équipage et sans bateau, pour que se bravent les risques, pour que se garde le trésor irremplaçable de l’essor, mieux que ne tournent les disques. S’ils lévitent, ce n’est pas pour que la mort s’évite, mais pour qu’enfin paraisse un port.

112IMG_108717_0367

Sans paroles ils s’envolent, avec leurs ailes en lambeaux, par-dessus ruines et tombeaux : à travers la poussière, crevant de “cran” tous les écrans, s’élance la lumière, par le corps horizontal et par l’accord vertical. Car, malgré les murs, tous les étages de l’azur entre amis se partagent. Pour paraphraser le titre d’un film célèbre, disons Va, pars, cours, arrive – et vive le Parkour… Allez, à vos marques, prêts, feu, partez, avec un coup de chapeau pour Arte !

parkour_a_gaza_04

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *