Grotte-aux-pigeons
Beyrouth, la grotte aux Pigeons : Kerihuel,  zoover.fr.

Le fond d’écran de Théâme affiche en ce moment ces deux fameux rochers, plus propices aux pigeons qu’aux plongeons dans la baie de Beyrouth, formant une porte littorale entre le Proche-Orient et l’Occident. Or hier sont apparues quelques autres gémellités créatrices, où il s’agit de dépasser le monotone Même par les apports de l’Autre toujours rafraîchissant, à commencer par celle du Levant et du Couchant qui, outre les sites offerts par la nature sur la côte syro-libanaise aux départs et aux arrivées, alimenta une mini-conférence à Strasbourg au début de ce printemps. En effet, du rivage actuellement libanais, autrefois phénicien, jaillit le courant énergique et durable du contact humain qu’on peut ainsi décrire, d’après l’ouvrage rédigé par Jacques Schmitt, avec Martine Hiebel, sous le titre S’engager pour l’Europe à Strasbourg (Voltaire Editions, 2014) :

D’une part, la lettre apparue à Byblos (juste au nord de Beyrouth) en tête des 22 signes qui composent l’alphabet phénicien – fixé dès la fin du deuxième millénaire avant notre ère – rappelle, par-delà le son profond qui émane du bœuf ou du taureau, la forme de leur tête comme l’affirme, en une simplification bien excusable, Victor Hugo dans son Tas de pierres: “Notre A, qui nous arrive à travers le grec et le latin, est phénicien.  Il s’appelait Tête-de-Bœuf, Aleph, et en était l’hiéroglyphe. Écrit renversé, comme faisaient les Phéniciens, il figurait la tête de bœuf avec ses cornes :

photo-a_32618_w250
Cliché d’Augustin Hiebel.

D’autre part, la même Byblos traite et commercialise à merveille le papyrus égyptien : en abondance, avec adresse, il s’embarque donc sur des navires que le peuple phénicien a patiemment mis au point, pour traverser la haute mer avec plus d’audace et d’agilité que leur modèle bovin maîtrisant les prairies et les eaux du Proche-Orient. Il y a fort à parier que la rencontre de ce signe taurin tracé sur la page et de cette proue cornue creusée dans le cèdre pour labourer la mer a produit deux puissantes étincelles : dans l’inconscient collectif, l’enlèvement d’EUROPE et, dans les faits, la genèse de l’Europe. Cela demeure certes paradoxal, mais que de mythes dessinent un périple parallèle à l’histoire !

Deux indices linguistiques viennent soutenir cette hypothèse : le nom d’Europe a commencé par signifier en Phénicie le Couchant, c’est-à-dire la direction prise par bien des bateaux qui, à partir de Byblos comme de toute cette côte, renonçaient au cabotage en vogue et s’élançaient vers l’inconnu ; prononcé par les Grecs, dont la civilisation naquit en Crète – cette île méditerranéenne où, d’après la légende, Zeus aurait accosté sous la figure d’un taureau portant la jolie EurOpe, le même nom ne pouvait s’entendre qu’au sens de Large-Vue. C’est qu’aux yeux des Grecs cette mystérieuse princesse incarnait sans doute de loin, mais à merveille, l’adoption des techniques nautiques et de l’art alphabétique venus d’Orient ouvrir leur horizon. (M.H. pages 13-14.)

Ainsi, les deux rochers à l’entrée de  Beyrouth nous montrent également la route de l’analogie, congénitale, inaugurale et dialectique, entre Orient et Occident, de la relation sans cesse à naître dans le rapport gémellaire de l’un avec l’autre, jusque dans nos vieux pays d’Europe reprenant haleine après tant de conflits. Ce matin même, le journal numérique Eurojournalist(e) publiait un compte rendu juvénile des Journées organisées pour les lycéens au Parlement européen.

arton2000-resp240
Timbre de Tomi Ungerer, ladressemuseedelaposte.fr .

Étonnante rencontre, pourrait-on remarquer encore, entre l’Annonciation, reportée du 25 mars (date du Vendredi saint 2016) à ce 4 avril, et la fête liturgique d’hier, dimanche de la Miséricorde Thomas Didyme (le Jumeau) se montre certes notre grand frère en doute, mais aussi notre précieux éclaireur jumeau dans la mouvance du salut, lorsqu’il tend la main vers les plaies du Christ, vers sa Présence qui soudain irise, puis pulvérise, la mort.

l_infi14
L’infidélité de saint Thomas, Livre d’images de Madame Marie, Hainaut, XIIIe s., archives-lepost.huffingtonpost.fr  .

Cette année donc, la fête de la Miséricorde et celle de l’Annonciation voisinent elles aussi comme des jumelles que presque rien ne démêle sur quelques heures, sinon cette communion divine aux humaines souffrances : elle n’en finit pas d’être messagère de la bonne Nouvelle faisant irruption dans nos misères, nous tendant longue-vue… et jumelles afin que nous en émergions en frères et d’une manière enfin solidaire. D’ailleurs, l’apôtre Thomas est présenté comme l’évangélisateur de l’Orient, parti sur les routes de Syrie et portant l’Évangile jusqu’en Inde. Mais revoici, pour crever l’écran qui semble toujours plus sombre et grand, le talent du génie visionnaire se levant du Couchant, l’œuvre d’un cœur plus que missionnaire, le grave et doux film de Chaplin Le Dictateur, qui voit plus clair, plus loin, qu’un acteur créateur !

Rétrospectives-Charlie-Chaplin-et-John-Cassavetes-à-l’institut-Lumière-1000x500
Film de Chaplin : le Dictateur joue avec le ballon terrestre, ac-nice.fr .

Depuis Plaute, la supercherie joue avec le vrai par les sosies : nous sommes capables du pire et du meilleur ! Réveillons-nous donc et formons des veilleurs, pour que l’Autre et le Même se rencontrent, puis s’aiment, afin qu’ils creusent le port où chacun chasse le sort, comme instrument d’échange – ou comme trait d’union : donnons chair aux visions, assainissons la fange et faisons que les libertés veuillent enfin se concerter, en maniant des jumelles précises et nouvelles.

 

 

 

 

 

3 Replies to “Nouvelles jumelles.

  1. Tu nous joues encore une envoûtante et éblouissante partition avec cet article sur la gemellité dont tu explores finement toutes les richesses de sens, nous entraînant dans une vaste croisière, géologique, géographique, culturelle, linguistique, européenne, et qui culmine sur des sommets où fusionnent l’humain et le divin..
    Merci, Martine
    Thécla Jaubert

    1. Merci à mes amis d’avoir bien voulu suivre cette démarche qui me paraissait d’abord trop délicate, et qu’il fallait pourtant mener jusqu’au bout, jusqu’à vous, et toujours ensemble. Quelles responsabilités a reçues et doit assumer encore l’Europe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *