$_35
http://i.ebayimg.com/00/s/MTYwMFgxMjE4/z/XHIAAOSw0e9UwoHi/$_35.JPG

C’est un MYSTÈRE DE JOIE que les rencontres, comme des Rameaux qui poussent et se montrent. Entre les nouvelles parutions, entre les amicales apparitions, circule une énergie qui nous dépasse et nous porte avec grâce au-delà des rampantes misères humaines. Paul Ricœur le dit encore à sa manière en traduisant de l’allemand Romano Guardini et en commentant Socrate présenté par Platon : L’existence est puissante, prestigieuse, féconde, mystérieuse (à propos de l’Euthyphron, page 24 de la nouvelle édition de La Mort de Socrate) ; mais, à la fin du Phédon, voici les cygnes dont, à l’approche de l’heure suprême, le chant se fait plus fréquent et plus éclatant que jamais dans leur joie d’être sur le point de s’en aller auprès du dieu dont ils sont les servants (page 219). De la même veine grave, éternelle et JOYEUSE sont les Mystères ou mistères, tour à tour initiatiques à l’antique et servant la Bonne Nouvelle évangélique, que présentent les Actes d’un colloque strasbourgeois (octobre 2014). Sous la plume de Tatiana Victoroff à propos de Bariona ou le Fils du tonnerre (le mystère de Noël) composé pour rendre espoir à ses compagnons, même Jean-Paul Sartre en 1940, en captivité, finit par entrevoir une certaine forme de liberté dans le message chrétien (page 25). D’ailleurs au bout de notre découverte, l’article de Martine Jacquemin sous le titre QVEM QVAERITIS ? nous rappelle que nous recherchons tous – passionnément – la même Personne : parfois par un juvénile spectacle vivant (page 373).

28682100257530L
http://pus.unistra.fr/fr/Resources/titles/28682100257530/Images/28682100257530L.jpg

Non, pas sûr, répète au fil des pages et de sa vie Raymond Mengus… Son nouvel opus relate une expérience symbolique plus qu’anecdotique : ainsi le doute avance, contre toute espérance, d’un pas sûr ! De l’église engloutie, en Afrique au bord de l’Atlantique, par la mer des misères qui monte et qui gagne, entrons dans l’avenir absolu (quatrième de couverture) par infini respect de l’Infini (page 97) : dès lors se feront jour la fidélité créatrice (page 120) et la Porte-du-retour (page 175), non pour réintégrer des repères d’esclaves usés par la nostalgie, mais pour ouvrir une nouvelle voie à l’harmonie.

1455786600
http://www.editeur-livres.com/catalogue/article-catalogue-i-o/i-o

Ainsi le KAIPOΣ (Kairos, page 141) se déploie (occasion, bon moment, puissants comme un aimant, comme une chance infime, immense, qui se présente juste à point, en qui l’un à l’Autre se joint), de l’engloutissement à l’enfouissement, des gémissements à LA JOIE, des combats aux états qui naissent, qui laissent à chaque citoyen son souffle musicien, par exemple relancé par Bachar Mar-Khalifé :

Oh Seigneur, cela fait cent années
De jeûne et de prière
Epargne-moi
Mon chant est pour Toi
Mon silence est pour Toi
J’ai cru, j’ai lutté
Epargne-moi
Et accorde-moi une dernière requête
Epargne-nous
Et donne-nous la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *