P1030050

3. “AGAPÉDROME”.

Quels arômes

lancent le nouveau marcher

pour nous aider à chercher

dans la DRÔME ?

C’est qu’elle porte le nom grec

de la course ; mais, au fil de sa terre douce, les AGAPES tranquillement poussent,

dans un air plus aimant que sec. (Voici des notes prises en route du 6 au 11 octobre 2013.)

 

Le tympan résonne

sous l’abri côtier des abricotiers,

la viole rayonne

et sur la pierre écrit en lumière l’Esprit.

P1030047

Au col d’Ey vibrent tant de vols libres

que les chardons sont chars de dons.

P1030061

La terre est noire comme une armoire

entre les troncs creux en maisons.

P1030058

Les sources dévalent sur des plis de dalles.

P1030077

“La lumière est l’ombre de Dieu”(1) qui ne fatigue pas nos yeux

et l’Eygues forge le chant des gorges.

P1030076

Pour la paix, il se tait

à travers Aubres sans nul opprobre,

et sans plier il vient prier

les odes des Laudes.

P1030148

Les poules vont picorant le jour toujours odorant

là, derrière la lumière.

P1030144

Dans l’aube, l’enfant voit marcher et s’allumer le marché.

P1030145

Il tombe des éoliennes des étincelles musiciennes.

P1030166

Détachement des sculpteurs, pour Dieu créant en hauteur,

et sifflet des organistes mettant en piste les tristes

eux-mêmes entre les travaux, entre le fleuve et les chevaux.

Dernière et première, telle est la lumière.

Jeunes voyageurs, pèlerins

de la tendresse dans la vitesse

et, sur le matin, frais marins.

Que les capitales européennes luttent ensemble contre les haines.

Forts et fiers explorateurs, ferroviaires promeneurs,

comme une cavale qui jamais n’avale,

la fille du cheminot dort au roulis des cahots.

P1030168

Déjà, sous la neige, la terre s’allège ;

l’hiver va venir : le cœur peut tenir.

P1030171

L’éclat de la lanterne n’est jamais lent ni terne :

à l’infini se réchauffe le pain et sans arrêt se respire le vin.

Qu’ensemble sur ces arches nous inventions la marche !

(1) Comme le montrent les commentaires ci-dessous, cette citation de Joseph Joubert est à sa place dans un cadran solaire.

 

2 Replies to “Pour un nouveau marcher : 3. “Agapédrome”.

  1. “La lumière est l’ombre de Dieu” …Qui est l’auteur de cette si belle pensée ? Cette phrase accompagne à merveilles ta première photo.
    Merci pour ce billet !

    1. La pensée que tu relèves était citée à l’entrée de l’église du Poët-Sigillat, dans la Drôme : cette éclairante définition – hugolienne par son côté visionnaire – figurait à l’origine, lisait-on encore, sur un cadran solaire… Mais, à ton instigation, je viens de trouver de quoi la compléter : le nom de l’auteur, Joseph Joubert qui écrivit à la jonction du XVIIIe siècle et du XIXe, ainsi que la citation tout entière “La lumière est l’ombre de Dieu ; la clarté, l’ombre de la lumière”. Vaste programme pour un écrivain de la lumière comme toi et comme devrait l’être, d’après l’étymologie de son titre, tout photo-graphe, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *