P1030129

2. “BRASSILIA”.

Sauf de clarté,

maisons vides, murs avides

d’être habités :

à la haute brise s’ouvrent les églises,

guidant les airs et les déserts.

P1030068

La boulange

du matin

et l’ange

du pain

mûrissent des perles d’aube à Chantemerle.

De leur santé,

les roses arrosent

les pieds plantés.

P1030143

Tours et serres jamais n’errent :

les moitiés font l’entier.

Sous les frises,

chevaux et roseaux

s’irisent.

P1020983

Brouillard doux du Ventoux :

soudain, la Bonne Mère bénit l’étang de Berre.

P1030091

Les photos

écoutent

sous les voûtes

l’écho :

quelles vacances au vent de France… (Ces notes ont été prises en chemin le 8 octobre 2013.)

P1030098

… Et d’ailleurs !

De MASSALIA les BRASSages nous rendent-ils plus sages

ou meilleurs ?

P1030135

Méditerranée, cette mer aînée, est-elle à l’impuissance condamnée ?

Doit-elle sans réagir voir dans ses vagues mourir

les enfants des terres proches qu’on atterre,

qui viennent se noyer au pied de ses foyers ?

P1030103

Rappelons-nous Europe enfouie en nos mémoires :

déchirée entre peur, constellations et  flots,

elle jeta l’ancre dans l’encre de l’histoire

et fit de nous ses fils, voire ses matelots,

pour que nous nous lancions dans la grande aventure de l’écriture sûre et de l’âpre culture.

Réunis par un seul matin sont les destins du nord marécageux et des rocs levantins.

P1030123

Profondes sont les racines de la bienvenue divine

dans ce sol de soleil et de fidèle éveil.

Ses rives, ses sources, sont devenues les veines d’une miséricorde humaine et souveraine.

Contrairement à BRASILIA,

l’on vit surgir ici lentement une ville se délivrant du vil, créant des lois civiles :

après Massalia MASSILIA…

Mettons-nous à l’école de telles métropoles :

leur rôle maternel

réconforte les plus tristes et rend l’espoir réaliste

par un geste éternel.

P1030100

Marseille, beaucoup plus merveille que musée, fais jouer tes nouveautés pour que soit diffusée

la lumière d’un appel impalpable et fraternel

à conduire

contre la mort,

à construire

en vue du port :

car ce qui te pare le mieux est le phare.

P1030082

Pour tant de migrants,

les fleurs de ce monde

ni petit, ni grand,

de pleurs surabondent.

P1030131

Mais nul ne peut nier que nous soyons liés

par la jeune Europe qui mit la varlope

solide entre nos mains,

avant notre naissance, pour que du bois l’essence

accueille les marins.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *