P1030028

A toute marche, il faut une arche

d’horizons et de pont

pour qu’apparaisse l’azur de l’engagement futur.

On trouve chez La Fontaine

“le marcher lent de l’éléphant” :

sachons franchir nos plaines

ainsi que nos mers et nos monts amers

pour chasser la haine

et les durs marchés, pour apprendre à marcher…

1. “NYONS-CLUB” (1).

“Voulez-vous l’adopter ?” crient les doigts bien que l’enfant rie.

Il faut un tabouret de prière et de trait…

Mais vivent

les cheveux blonds de la moisson

tardive :

plongeons dans le bain coulé par le train.

P1020977

Anges des vents et vendanges : le ciel en ailes se change.

Les bananiers se font âniers

et magiciennes les éoliennes,

tandis que les saluts enfantins descendent caresser les têtes grises des lavandes.

P1030031

Les oliviers sont lavandins aux perles de fruits diamantins.

L’ogive de la tourterelle ouvre des jours dans la dentelle

de la tégule, et l’eucalyptus joue patiemment avec les hibiscus.

P1030020

L’automne se donne

par les petites mains d’un capiteux jasmin.

P1030021

Les poules gloussent sous les secousses,

sous les ébats de chatte et chat.

A saint-Vincent de Nyons on soigne les fleurs dans l’odeur qui témoigne.

P1020958

Pourquoi la misère a-t-elle les couleurs de l’Europe, sinon pour mûrir en valeurs ?

P1020993

Loin des carrières et des barrières, des aloès et des Aurès, l’agave se gave.

P1020990

Avec les jeux bleus des cieux nuageux,

les nuages de la lavande dansent la sarabande ;

grenouilles de midi et lézards sont amis.

P1020988

Jamais il ne manque ici la pétanque :

l’éclat du bois nourrit la voix.

Sous l’érable vénérable,

un couple de vieux ravis

va jusqu’au banc miniature d’un seul regard, sans murmure

sauf un souffle de merci.

P1030007

Campanile sur la ville,

appel frais du sifflet,

miracle à la une,  parfums à la hune :

on dirait que l’été ne veut pas s’arrêter.

Autour des tourterelles flotte une ritournelle,

sifflotant et trottant.

P1030019

Sur la croûte de la route,

le sourire du vent nous oriente vers l’avant,

vers la découverte déjà claire et verte,

vers les inconnus aussi bienvenus

que les nuages aux plumes duveteuses que se partagent des mines heureuses.

Mieux qu’œil dans le bois, le cœur âgé voit.

Nul voyage n’est broyage. (Ces notes ont été prises en cheminant du 3 au 10 octobre 2013.)

 

(1) NYONS a porté l’antique nom de NOVIOMAGVS ou “Nouveau-Marché”.

P1030010

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *