Aube sur la Tour de l’Europe à Mulhouse.

Aujourd’hui, des lignes de fuite entourent maisons, tour, construites par ceux qui ne se savent pas les héritiers des Phéniciens ni de cette Cananéenne cités par l’évangile entre humour et pitié : “le pain des enfants” seul nous sort de la géhenne… Ainsi le Sauveur et la Libanaise partagèrent-ils la saveur d’une langue commune et de sa braise !

Aurore sur la Tour de l’Europe à Mulhouse.

Alors qu’elle est “ville des puits”, la clameur de Beyrouth en flammes nous déchire le corps et l’âme d’impuissance, de loin, sans bruit. Dire que l’antique Phénicie – avec Eur-Ope aux Grands-Yeux qui reliait aux dieux les lieux – réinventa humblement la vie… Qu’est-ce qui souille notre berceau tandis qu’Europe encore fouille l’espace pour poser son sceau de liberté sur nos rivages, de salut contre tout ravage ?

Détail de la métope de Sélinonte (Sicile) représentant l’enlèvement d’Europe
(début du VIe siècle avant Jésus-Christ) : cliché d’A. Hiebel.

Nous sommes ensemble chargés d’une responsabilité de fils et filles pour la terre mère qui nous donna, contre la mort amère, l’immense don de l’horizon et l’aventure de l’écriture. Sachons donc audacieusement changer nos lignes de fuite en lignes de suite pour contrer les nouveaux dangers, pour instruire et conduire, pour éviter le gouffre et l’explosion à l’arbre de la civilisation.

Matin sur la Tour de l’Europe.

One Reply to “Lignes de suite.”

  1. C’est avec des lignes bien courbes que Dieu semble écrire la ligne de Vie de la ville aux puits. Où, dans quelles suites, trouver la consolation de la ville en flammes ? On songe à des suites de Bach. Seule la musique, qui du même archet pleure et console… Quelle mélopée quand le berceau des métopes se déchire ? Europe sera-t-elle enlevée à l’envers pour secourir son pays natal ? Et la réalité donnerait suite au mythe ? Car l’irréel reste présent dans le réel dévasté : pour faire cortège à nos sources, il faut de la suite à nos prières plus encore qu’à nos idées. Alors, dans l’obscur encore, élevons notre coeur, tournons-le vers les cieux de Martine et vers Mulhouse : non que la réponse y soit écrite, mais parce que c’est de ce côté-là, une fois encore, que nous viendra son écriture. Rougeur des matinaux, inspire à Europe ta paix sur les braises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *