Aux abords de Marbach.

Le ruisseau de Marbach tressaille près des vignes : quel danger menace les sources qui font signe – d’écoute, de respect, d’attention si dignes ? Près de ces collines, Soultzbach-les-Bains également fait front et face aux coups du même égarement : où les bulles se sont-elles enfuies, enfouies par l’air ou par l’ère que gonfle le soupçon, par l’aire-laire de cette triste chanson ? Ne laissons donc pas notre ouïe par les oublis être éblouie !

Aux sources de Soultzbach-les-Bains.

Voici le fer que boit l’or vert, pour que du navire le BOIS DORMANT complètement jamais ne chavire.

Aperçu d’un jardin de Soultzbach-les-Bains : figure féminine rouillée arborant un voilier.

Neptune-Poséidon semble déployer ses dons, puisque l’Ebranleur de la Terre perce d’ombre limpide la chaleur qui berce son animal sacré, dans la présence ancré, tandis que le silence vers la prière avance.

Le Soultzbach et deux chevaux.

Poséidon sur nos balcons installe sa voile et son pont.

Une maquette de voilier se devine sur la moquette,
dans le coin d’une baie vitrée mulhousienne.

Les chevaux de race et de course, depuis des temps immémoriaux jusqu’en nos logis conviviaux, nous mènent en-deçà des sources, enjambant les murs anciens d’un pas sûr.

Une assiette Loux.

Soudain, sur des îles orphelines du large, d’étonnantes racines fructifient à l’instar des arbres méditerranéens de Virgile, à présent qualifiés d’européens :

“…Un olivier amer

S’était dressé là : aux marins, de toute éternité, vénérable était son bois.

Car, sauvés des eaux, là d’accrocher leurs ex-voto ils affectionnaient.” (VIRGILE, Enéide, Livre douzième, vers 766-768, traduction littérale proposée par Théâme.)

Jeune olivier sur l’Île-Napoléon, à l’Espale de Sausheim

Les chevaux des garages proches et l’héroïque vigne, en cloches annonciatrices, sonnent pour souhaiter la bienvenue au tout petit VIRGILE, après tant de vigiles né, chez nous accosté !

Une vigne neuve sur l’Île-Napoléon.

Que donc cette Journée mondiale des Communications sociales puise à la source du chant qui remplit de résonance et d’accord, qui guérit ! Car, au creux de son sommeil, l’enfance ramène aux dormantes forêts les clairs, vitaux, si frais filets, réveillant l’eau de notre espérance au souffle de l’Esprit qui bouillonne et surgit : Il attise et baptise, Il sait entretenir l’agissant souvenir.

Le tabernacle de la Maison Sainte-Marthe pendant une messe de semaine
célébrée par le pape François et transmise par KTO.

One Reply to “Les sources au bois dormant.”

  1. Deux vignes, un olivier, des chevaux en pâture dans un trou de verdure où chantent des eaux vives, d’autres peints sur l’assiette préludant aux festins du Royaume, des dieux anciens dans des jardins ou derrière des voilages, voici toute une Arcadie virgilienne qui chante le souci de la terre et la douceur d’un âge d’or annoncé par le cygne de Mantoue… En cette veille anniversaire du jour où l’Esprit s’est répandu en flammes sur nos fronts, en cette veille des églises réouvertes à son Souffle et à son eucharistie, non, ne dormons plus : écoutons en nous, grâce à lui, la source qui commande d’aimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *