couv-horloge
Livre de Matthieu Loos, directeur artistique des “Combats absurdes“, http://www.editions-libel.fr/maison-edition/wp-content/uploads/COUV-HORLOGE.jpg

Au seuil de son 555e billet, Théâme voudrait vous accueillir en musique, avec pour seule aiguille chronologique le plaisir des instants à saisir en silence ensemble, paraissant trotter l’amble, tels des chevaux aux pas égaux. Peut-être le tic-tac de nos montres, qui montrent si peu, nous invite-t-il à regarder plus loin, vers le pouls de la vie, la pulsion sans envie, la pulsation de l’accord qui court au-delà des bords. Apercevrons-nous le grand horloger de Voltaire ? Ou les infinis palais de la mémoire chers à saint Augustin ?

Cadrans, clepsydres, témoins du génie humain, de la mesure faite pour être… dépassée. Parfois un livre leur ressemble, associant par tous ses côtés, progressivement, les quatre dimensions : c’est le cas de ce volume composé par Matthieu Loos sans pagination, protégé par une couverture textile et tactile, illustré avec fantaisie – et tout le reste est poésie – “ou l’inverse peu importe”. Car la poésie est tout le reste, c’est vrai ! Ou bien le reste est-il littérature, comme le suggérait le poète Verlaine préférant pour ses vers le libre sautillement impair ? Dilatons les moments par notre mouvement ! Ainsi la relativité porte les “lettreux”, les matheux, à pousser une porte, celle des relations qui transfigurent nos modestes actions en rythme, et durent… “Chaque liberté est liée à une frontière” ; mais, “Nos Futurs”, voilà les mots de la lumière.

Quand Amadeus donne le tempo, quelle âme loge en cette horloge ? Moins métronome que repos, cette harmonie fait que se nie le chaos en cadeaux. La musique est-elle, comme le suggère Leibniz, “le secret arithmétique de l’âme” ? Parmi nous en tout cas resurgit PAMINA.

paminaeuropa-2
http://www.eurodistrict-pamina.eu/pamina/IMG/jpg/PAMINAEuropa-2.jpg

Ce personnage multiple incarne en humble disciple Pamina, l’enchanteresse aînée : car pour aimer toutes deux sont nées, résistant tout bas, chassant les combats. Regardez-les mener, puis poursuivre, la quête de rencontres dont puisse émerger une fête et parcourir des champs dont jaillisse le chant.

wno-the-magic-flute-rebecca-evans-pamina-and-neal-davies-papageno-239
Rebecca Evans dans le rôle de Pamina, http://www.musicweb-international.com/SandH/2008/Jan-Jun08/WNO%20The%20Magic%20Flute%20-%20Rebecca%20Evans%20(Pamina)%20and%20Neal%20Davies%20(Papageno)%20239.jpg

Il vient même d’en sortir un livre collectif, bilingue, qui délivre : transfrontalier, plein et délié ! Sur les deux rives du Rhin s’avivent les perspectives grâce à l’association FemmesPaminaFrauen.

illustration-frauen-portraits-de-femmes_1-1472808126
http://s-www.dna.fr/images/462099cd-3aff-4f35-9b5b-b8cbe3340c8f/BES_06/illustration-frauen-portraits-de-femmes_1-1472808126.jpg

Ainsi, les minutes aident à la lutte pour la réconciliation, contre les résiliations, dispersant en écume sèche les amertumes, changeant en constellations les vieilles désolations.

p1040291
Rolf Ball : une de ses “Icônes miraculeuses”, Editions du Tourneciel, 2014, cliché Théâme.

Écoutez : même les secondes – paradoxalement, on ne sait pas comment – prêtent leur voix et nous secondent pour guérir et relever en déjouant les leurres posés par les heures, pour nourrir et sauver. Parfois, sous l’automne, le printemps rayonne.

p1040304
Exposition Rolf Ball, “Les Icônes miraculeuses” à Bischheim : Cour des Boecklin, du 5/11 au 18/12/2016, cliché Théâme.

Attente battante de l’invisible Pamina dont un regard illumina d’une mélodie neuve la ténébreuse épreuve  : quand le sang goutte à goutte savoure, goûte et boit le temps, sans cesse progressent alors la tendresse et le jour de l’amour.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *