A3708

Même dans les pires de nos nécessités, aucune liberté ne peut nous déserter, ni des prisonniers dont le naufrage se change en sauvetage, ni des réfugiés que des catacombes protègent des bombes.

crete3

C’est du littoral oriental de la Méditerranée que Paul le juif d’Asie Mineure fut emmené enchaîné par les Romains pour être jugé à Rome vers l’an 61 de notre ère. Les péripéties de cette traversée sont nombreuses et vertigineuses, rappelant les épopées antiques, l’énéide comme l’Odyssée, voire l’enlèvement d’Europe qui serait partie des mêmes contrées : d’ailleurs, précisément, la Crète méridionale et ses villes de Beaux-Ports ou de Phénix proches du lieu légendaire où aurait accosté le taureau portant Europe font résonner dans le chapitre 27 des Actes des apôtres les tempêtes les plus violentes et l’autorité rassurante de Paul, contre le vent, contre les ténèbres même diurnes, contre le jeûne désemparé des matelots romains, jusqu’à ce que son conseil de faire face ensemble débouche sur le salut collectif, dans l’action de grâce et dans le plongeon dont le nom grec se relie au prometteur envol de la colombe. Effectivement, au sortir du naufrage, au début du chapitre 28, Malte offrira son cadre au sauvetage, à l’hospitalité, même aux guérisons les plus bouleversantes.

Syrie1-jpg_1-7507412-imageData-5256905

Le même retournement semble traverser le temps : dans les catacombes se taisent les bombes entre de vieux murs offrant leurs fruits mûrs, jusqu’à ce que les ruines arborent les racines, que les visiteurs contemplent par cœur, parmi d’invisibles anges aussi vigilants qu’étranges… Dès lors, les villages oubliés se réveillent pour venir prier, pour que l’enfance danse et s’avance.

pt84197

Ici naquirent l’alphabet,

mais aussi le souffle du style :

voici la paix

blanche et tranquille

de saint Syméon

qui, mieux qu’un néon,

sème la lumière,

limpide prière,

plume dans l’air

doux, mais amer.

coin2

Ainsi les nécessités multiplient la liberté, pourvu que nous demeurions solidaires, frères par-delà les ères, les aires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *