Sur le matinal chemin de Schwarzenthann.

Luc l’évangéliste, l’helléniste artiste, dès ce dimanche à la Misère consacré, celle qui nous hèle partout bon gré, mal gré, nous ouvre des lucarnes où l’invisible s’incarne. Une « lumière pour éclairer les nations », voilà ce qu’il annonçait dans sa Bonne Nouvelle (Lc 2, 32).

Laure Frennet, Mère à l’Enfant : sur le 23e Chemin d’art sacré à Saint-Léger de Guebwiller, comme saint Luc peignit, dit-on, le premier la Vierge Marie…

« Pour que ceux qui arrivent voient la lumière », continue-t-il, la lampe doit rester allumée (Lc 8, 16).

Vue sur les Alpes bernoises depuis le Grand Ballon, avec la mulhousienne cité des Coteaux au premier plan.

Voyons si la lumière qui est en nous « n’est pas ténèbres », nous conseille-t-il encore (Lc 11, 35).

Porche de Saint-Léger de Guebwiller : sur une carte postale ART ET TRADITION, photo de J. Bonnet.

Soyons donc « des enfants de la lumière » (Lc 16, 8), quitte à ce que « la cognée se trouve à la racine » (Lc 3, 9).

Site de Schwarzenthann : dégagement du mur méridional de l’église par l’Association des Amis de Schwarzenthann.

Dès lors, partageons comme « le produit de la vigne » (Lc 22, 10) nos travaux et leur fruit.

Le vignoble entourant le site de Schwarzenthann.

Continuons d’accueillir ensemble, sans relâche, « une lumière venue du ciel » (Ac 9, 3) sur nos tâches.

Mulhouse, quai des Pêcheurs : devant l’école des Beaux-Arts (HEAR), le trottoir fait place certes aux feuilles mortes, mais surtout à des pans de ciel.

Car, un jour, « le cachot fut inondé de lumière » (Ac 12, 7).

Mulhouse : la Tour de l’Europe se prépare-t-elle aussi à Noël ?

Faut-il être des colosses de passage à Mulhouse pour escalader la Tour de l’Europe « à cause de l’éclat de cette lumière » (Ac 22, 11) ?

Mulhouse, depuis la passerelle enjambant le boulevard Stoessel : a… comme Automobile, comme Architecture… ou comme Alphabet, dont l’antique ancêtre Aleph est un signe-son taurin !

Emboîtons-leur le pas : faisons-nous la courte échelle, comme leur emblématique taureau le fit pour la jeune Europe et pour l’évangéliste Luc, afin que la lettre devienne enfin esprit, esprit dont notre cœur tend l’oreille et qui vit !

Mulhouse : Porte Jeune, des colosses s’entraident pour arriver au sommet d’un phare…

One Reply to “Les lucarnes de Luc.”

  1. Ouvrir dans le ciel de nos vies de vives lucarnes, telle est la tâche matinale à laquelle s’attelle Martine. Là où la misère est nuit, trouver des passes à la hélante lumière, ouvrir des vasistas à la clarté d’en haut venue. OR est au milieu d’EuROpe et on le ramasse encore par-dessus les brumes d’octObRe. Le nombre d’OR, un nombre de lumière, ne fut-il pas celui des architectes avec l’angle céleste de sa divine proportion pour bâtir des tours, des églises, des phares où grimpent des colosses ? Sur le sein de sa mère le divin enfant n’est plus que cette poche d’or gonflant sa poitrine. Quant aux Alpes bernoises, leurs pics de glace et d’argent dardent autrement la lumière du Verbe comme une épée à deux tranchants. Luc, médecin, le sait : il faut parfois couper pour guérir, et celui qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. Vigie sur tant de mystères face à nous se tient, éternel et temporel, l’unique Visage. Entre les travées des ceps dORés sur le coteau, nous entendons sa voix : je suis la Vigne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En publiant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here