Tableau du père R. Holterbach exposé à l’église Sainte-Marie de Mulhouse.

Quelle tristesse dans la jeunesse ? En cette fête de Jean XXIII, face à cette image peinte par un prêtre, exposée dans une église, n’hésitons pas à prier pour l’Eglise, que bouleversent, blessent, bafouent et révoltent ses propres fautes, que Luther, puis un pape au seuil du concile Vatican II, définirent comme « toujours à réFORMer », c’est-à-dire à emBELLir : cette céleste institution s’incarna sur la terre chaotique, mais reste ancrée dans l’essentielle et providentielle Rédemption.

Sculpture du même artiste exposée non loin de l’œuvre précédente.

Faut-il qu’un sommeil veille à nos réveils ? Quelle défense garde l’enfance ? Sous cet œil fermé, le jour veut germer. Mais, sous les coups obstinés des guerres, les innocents errent et se terrent. « Frères humains, qui après nous vivez », semble nous avertir lucidement, après François Villon, le film La Voix d’Aïda, qui est tout sauf un opéra : chronique tragique d’un échec subi – commis – par des forces en mission de paix. C’était il y a vingt-cinq ans : massés dans un camp, suppliciés, est-ce que vont mourir des enfants ?…

Bande-annonce du film La Voix d’Aïda.

Aïda : prénom dérivé peut-être de la notion germanique de noblesse, aboutissant à celle de la récompense… Faut-il que la beauté nous fasse trébucher, sombre dans un péché qu’on ne peut racheter ? Dans l’ombre un pêcheur se cache : de la nuit soudain s’arrache une splendeur de l’antiquité. Dans Gaza, l’air de l’éternité débouche sur l’amour et son rire : les camps remplacent l’ancien Palais. Nulle « récompense » pour oublier le pire : soudain jaillit la grâce à partager en paix.

Illustration de la documentation diffusée par Dulac Distribution : le dieu Apollon est également présent dans la bande-annonce du film Gaza mon amour.

Sachons plutôt rendre la terre au ciel pur qui la désaltère, qui la délivre des camps, lui rendant son cœur d’enfant et sa lumière hors des barrières. Bernanos le répétait même au milieu des menaces, puisque la foi l’habitait d’une tendresse tenace : « Vous êtes sacré, comme l’enfant ». Que l’ignominie lève le camp, et que l’art entre en résonance avec l’appel de l’espérance.

Mulhouse, près de l’Ecole du Quai : la berge de l’Ill se fait belle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En publiant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here