P1030855

Quel réel et bel itinéraire vers un Cabaret imaginaire !

Glanons, dans le train, de l’entrain les grains :

parfois, une herbe

pousse entre deux ciments…

Toujours le Verbe

aide aux commencements :

d’ailes et d’azur est tout auréolée

– quand Léon réhabilité revient chez les siens habiter –

l’aérienne nacelle de la soirée,

suspendue entre deux souffles de l’Avent.

P1030864

Et voici qu’apparaissent

au-dessus du plateau

les lions de la jeunesse

même flous, fiers et fous,

changeant la forteresse

en tendresse du mot.

P1030868

La poésie

de Léon Deubel est d’accord avec le grand lion de Belfort.

Elle est l’amie

de tous les musiciens d’ici, des Parisiens

qui se grisent et même de l’enfance :

entre Claude Debussy et Auguste Bartholdi,

la chance du chant s’élance et s’avance.

P1030871

L’éventail est portail

et la brise nous déguise.

Les artistes de la Belle Epoque se sont rencontrés, parfois même opposés, au son

du désespoir le plus magique et du piano le plus tragique.

Mais chiffres et lettres valsent en cotillon, tandis que les astres brillent en tourbillon

sur la douce naissance de toute résistance,

sur la réplique en oui à des appels inouïs.

P1030876

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *