P1050372
Cliché Théâme.

L’amitié fait toujours bien les choses : on dirait un aimant magnétique, ou bien un magique et pur diamant, ou bien encore un moment aux longs arômes de rose.

C’est la conclusion d’un roman choisi par un cœur et des mains amis : devineresse est la tendresse… Kaori EKUNI fait chanter par tous les pores les haleines de l’aurore, au-delà des soirs et du désespoir, au-delà de la lente – ou de l’errante – attente.

“Petite bulle d’air chaud et humide qui monte de l’enfant endormie” : ainsi apparaît à la page 21 du roman japonais, Dans la barque de Dieu, la petite Sôko vue par sa mère Yôko qui l’élève seule. Mais bientôt leur duo entrelace d’une page à l’autre ses deux voix, où l’accord malgré tout reste roi par le miracle de l’écriture, qui change en chance toute rupture. “Dans la barque de Dieu”, sans toit ni feu ni lieu, mère et fille sont donc “embarquées” (page 29) sans nul souci d’être remarquées parmi les kimonos, sur les ailes d’un piano, sur les dessins de l’enfance, au vent fou de l’espérance : “Si je me retourne ou si je m’attache trop fort, lit-on sous la main d’Yôko page 80, je me retrouverai immobile, un jour.”

BEF_006_0035
“Une petite fleur à Itsukushima” : baldeaglesflying.com, “Japan without a plan” .

De discrètes résonances chrétiennes se glissent dans cette rêveuse méditation orientale : entre le gong de l’incarnation et l’appel à la résurrection (page 140), entre la rentrée printanière et la fidélité première, entre embruns et parfums, entre la Cène (page 120) et la Table (page 162)…

bonnard-pierre-13
Pierre Bonnard : “le Café”, www.tate.org.uk .

La danse des livres, intense, délivre : alors “il” luit, assez fort “lui“, dans l’âme de cette “religieuse à la mode” (page 173), pour que la solitude effacée devienne ode, réverbération d’amples vibrations et muettes retrouvailles réparant toutes les mailles.

jpg_hokusai_la_barque_dans_les_vagues
Hokusai, “la Barque dans les vagues”, lcs.liard.lyc14.ac-caen.fr .

Ainsi le lecteur, à travers ces simples pages visitées par des visages, se fait spectateur puisque la plume aimante aimante, puis oriente – ou plutôt acteur, voire créateur, de la présence témoin au loin dans le silence, tandis que trois beaux oiseaux volent ensemble très haut. Rien n’est fade ni malade en nos rades, si nous embarquons sur  des traductions pour lancer de légères constructions : si de l’amour nous restons les “nomades”.

P1050375
“Dans la barque de Dieu”, cliché Théâme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *