Le titre de “Maître des brumes” se porte bien par ces temps d’hiver qui s’éternisent. Mais Tomi Ungerer sait montrer, dans les versions successives de ce conte qui jouent à saute-langue, comment on navigue dans la brume grise jusqu’à ce que le sourire irise de gratitude confiante l’humble enfance consciente.

d_virt10

 

Avec la vertu pour nous guider, la chance pour nous accompagner : cette devise de Lyon pourrait nous rendre intrépides comme les petits Irlandais de ce conte, Finn et Cara, de manière que notre énergie se galvanise à travers les labyrinthes de nos pluies et de nos plaintes.

sentier_des_cabanes_labyrinthe_dans_les_roseaux

Dès lors, le cheveu d’or des rêves et des fées se révèle assez fort…

nebelmanWeb.img_assist_custom-219x300

… pour mener à l’orée de l’accueil et du seuil, vers la lande de l’Irlande, vers les feux du sauvetage et les jeux du pâturage. Ungerer sait entre ses doigts tisser à la lumière un toit : écoutez l’écume de la brume écrire et voler comme une plume ; percevez les couleurs distillant la chaleur ; puis laissez l’espace, même au fil de l’exil, abriter la grâce.

bild_s8

Dans une région sœur, en haute Alsace, au même rythme un cœur change la glace et le brouillard en un regard doux comme une bulle de soupe et souple comme une chaloupe.

dsc06978

L’hiver a bégayé : sur les luges, les refuges sauront s’ensoleiller.

dsc06998