lunch-box-final

Etrange destin reliant les festins ! Car de l’Inde éternelle vient l’onde fraternelle.

P1040103

Le Festin de Babette.

Alors on se prend à songer aux saveurs qui savent plonger le grand nord aussi noir que triste dans un accord soyeux, dans un repas joyeux, ouvrant à l’horizon des pistes !

le-festin-de-babette-1988-8168-147062786

Pather Panchali.

On revoit même le noir et blanc, le long d’un lourd défilement lent, vous mener jusqu’à la jeunesse d’une immémoriale tendresse.

pather-panchali-1

Le Coffret-Repas : cette expression popularisée par la SNCF est une traduction possible pour The Lunchbox, titre que ses deux éléments apparenteraient à l’espagnol lonja (halle ou tranche) et au grec ancien pyxis (boîte de buis).

Il fallait attendre la foule et les trains de Bollywood pour que le papier soit pain, pour que la solitude travaille patiemment à réparer les mailles : dès lors, toute distance est danse d’espérance dans un nouveau goût de rester debout, de manière à sortir des plus obscures grottes par la lettre meilleure à humer que des plats raffinés, parfumés… Quand un grouillant désert polyglotte fait monter et descendre un panier de quelques ingrédients délectables, le sourire peut l’accompagner ; c’est alors la vie qui met la table de la communication, voire de la communion : les itinéraires et les vains trajets ferroviaires ou littéraires initient à la douce paix, changeant l’âge en courage et le suspense gastronomique en magie cinématographique.

The_Lunchbox_Wallpaper

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *