saveurs-sacrees
i2.cdscdn.com

Il faut des tables amicales pour que des harmonies s’installent, pour que des idées fassent leur chemin en chassant la faim et reliant les mains. Car toute science est savoureuse : puisque n’importe quel savoir montre l’aurore au fond du soir, toute connaissance est généreuse en possibles accords des âmes et des corps. Et l’actuel spectacle de Stéphanie Schwartzbrod en Avignon le prouve avec éclat.

livro-jean-christophe-3-romain-rolland-1767-MLB4766393169_082013-F
mlb-s2-p.mlstatic.com

Antalgique plutôt que nostalgique, du compositeur Koechlin – que son nom vouait aux plats fins – s’envole et virevolte la musique, au contact de Jean-Christophe, le roman fleuve et pacifiste de Romain Rolland, taillé pour le Nobel de littérature, mais aussi pour de réelles aventures. Désormais, quels sons sortent des cuissons de nos plaines trop humaines ? Elles nous font le don des rayons et des monts, des mélodies azuréennes, du fœhn entre les vaux, du jeûne entre les maux, de larges-vues eur-opéennes, enfin de l’insondable profondeur qui vibre dans la sève du buisson ardent mieux que sous nos insatiables dents, qui libre fait chanter ensemble frères et sœurs contre tant de guerres meurtrissant la terre…

2 Replies to “Le buisson chantant.

  1. Puisque je lis souvent mes THEAMES avec du retard,
    je viens seulement de lire la biographie de Charles KOECHLIN.
    Quel homme ! Quelle curiosité infatigable ! Quel pédagogue ! Quel transmetteur de curiosités ! Quel musicien, quel photographe… !!!
    Puissé-je dire, comme lui, à la fin de ma vie : « …au soir de ma vie, je me rends compte que la réalisation de mes rêves d’artiste, pour incomplète qu’elle soit, m’a donné la satisfaction intime de n’avoir pas perdu mon temps sur la Terre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *