Allez-y, petits et grands, sans peur ni modération : traversez le temps et les mers vers une Ecosse légendaire.

Allez voir ensemble des bêtes dépasser en beauté visages et paysages, la crinière de la rébellion changer la flèche en fil de réconciliation, le sourire nous guérir, la révolte laisser la place à la magie de la récolte et le destin au grand matin, les feux se faire moins follets ou sauvages que sages, bref : l’humanité tenter de tisser des liens entre les règnes qui l’un par l’autre saignent et les gueux belliqueux faire la part belle aux gracieux rebelles.

De rebelle à bravoure, quelles jolies familles de mots nous embarquent dans un seul canot, d’une langue et d’un titre aux autres, pour que nul esprit humain ne se vautre ! Quand renaît Walt Disney, chaque enfance renoue, au-delà de la boue, avec le génie plus fort que la peur, avec les simples roses de la métamorphose, avec la couleur vive et la valeur, avec la tendresse qui brave la bave coulant des épaves. Le rythme est bon puisqu’il régénère en nous un cœur frère : suivons ses bonds ; tuant ce qui nous déprave, le dessin animé – par les concours homériques et l’humour thérapeutique – s’entend à ranimer, sous la tristesse grave, l’énergie franche et brave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *