Graffiti strasbourgeois signé DAN23.

Nous connaissons la mort dans l’âme quand elle se débat, privée d’ancre et de mât, quand seul le silence l’acclame. Mais la vie peut quelquefois se loger dans les armes qui surent protéger.

Sur la citadelle Vauban de Neuf-Brisach vient d’apparaître
une sculpture de Picrate : « Pour un monde meilleur ».

Surtout, la vie anime d’art abîmes et cimes.

Masques cimiers zoomorphes du Niger et « Souffles » d’Olivier Leroi (2007) :
poissons taxidermisés et verre soufflé, à la Fondation François Schneider,
avec le reflet de l’installation « Pêche d’âme » de Sara Ferrer (2016)
dans le cadre de l’exposition « Les territoires de l’eau« .

Entre les larmes, la vie peut gésir dans l’attente grelotante d’un désir, d’une sûre pirogue voguant par le dialogue…

Hélène Mugot à Wattwiller : « Mur de larmes » en gouttes de cristal (1992).

C’est la fraternité qui sait faire habiter le salut dans les lames de mer : la vie dans l’âme. Or le corps n’est-il pas, d’après notre frère visionnaire François Rabelais, le nourrisson de l’âme ? Traduisons et faisons ce qu’implique SOS en acronyme : Sauvons Nos Âmes et non pas nos crimes !

Au sous-sol de la même Fondation François Schneider, installation filmique
de Mehdi Meddaci (2011) intitulée « Murs », et pirogue des Tuamotu (20e siècle).

One Reply to “La vie dans l’âme”

  1. Merci pour ce lait non frelaté tendu au nourrisson de l’âme. Il faut donc en convenir : nous ne sommes pas un corps doté d’une âme, mais une âme dotée d’un corps ! Et ce corps a des larmes, c’est aussi certain que, pour Virgile, « SVNT LACRIMAE RERVM » : « il jaillit des larmes des choses… » Oui, « vérité aux secrètes larmes », souffle aussi le Poète René Char. Honneur à qui en cristallise le mur. Ne se peut-il pas que ces larmes soient apparentées à « la rosée du Juste » ? Que sans elles nous ne soyons rien – « que cymbales retentissantes et cuivres qui résonnent » d’après l’hymne paulinienne de l’amour ???- Sans doute, la vie de nos âmes passe-t-elle par cette humidité primordiale où confluent les eaux d’en-haut et celles d’en-bas, le Poisson et l’Oiseau, l’envol et la nage en eaux profondes… « Mais qui pleure là, sinon le vent simple, à cette heure / Seule, avec diamants extrêmes, mais qui pleure » là sinon une âme en son SOS, cet appel dont le O du milieu gomme le seul JE et dit le NOUS du monde ? « Qui pleure là » ???

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En publiant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here