republique_lai__776_cite__769_
nvo.fr

Théâme a certes inversé par une erreur digitale l’ordre de publication de ses deux précédents billets, alors qu’il aurait fallu ménager au contraire la patience du visiteur en intercalant dans la progression logique de cette série des articles différents. Mais le texte récemment publié par l’artiste au nom royal d’Abd al Malik, dans un cadre qui dresse à lui seul tout un programme – aux éditions d’HARMONIA MVNDI et dans la collection INDIGÈNE, nous permettra d’éviter la fuite en avant sous la pression toujours balbutiante de la technique et de recentrer la royale liberté de chacun sur le bien commun qui constitue la publique depuis la langue latine.

Pour clore cette suite de florilèges auxquels Théâme souhaite d’éclore encore et toujours plus loin, voici donc de larges extraits de PLACE DE LA RÉPUBLIQUE – Pour une spiritualité laïque, rédigé par Abd al Malik. Par le soulignement introduit dans ces passages, l’on y reconnaîtra d’autres couples sémantiques porteurs de sens ainsi que la vocation qui englobe la France et qui est celle de l’EurOpe aux Larges-Vues. N’est-elle pas sortie de la nuit des temps et du lointain Orient pour nous insuffler un esprit de contact capable de transfigurer toute distance par la navigation, par l’alphabet – bref, par l’impulsion de la fraternité ?  Si Abd al Malik vient d’être couronné par un César au cinéma , n’oublions pas que son sens aigu du mouvement peut et doit contribuer à nous mettre en marche à notre tour, à coup de phrases aussi paradoxales que musicales, aussi bien pensées que rythmées.

Être français, c’est être spirituel.

Comme Gavroche, en sortant de la maison, j’aurais pu dire “je rentre dans la rue”.

 République, ô ma République, mais pourquoi donc ne m’as-tu pas dit que tu m’aimais ?

1310282-Victor_Hugo_Gavroche_à_11_ans
Victor Hugo : Gavroche à onze ans, larousse.fr .

nous menaçons avec notre démarche

irresponsable, non seulement la France, mais l’Europe.

il y a un véritable déni de ce qu’est la France d’aujourd’hui, une absence de vision

°°°

Donc reformons, réformons…

Reformulons.

°°°

début janvier 2015

ce sursaut national

a rendu difficile la retenue émotionnelle comme la tenue intellectuelle de rigueur dans pareil cas

°°°

ma femme fut troublée

Ne barrons pas la route à la montée de la responsabilité, de la pédagogie, de la compassion, du respect de l’autre.

dans le brouhaha d’une foule l’écoute n’a plus sa place

La nation n’a rien à gagner, ou si peu, de l’irrévérence. C’est de cette superbe républicaine faite de courage, d’audace, d’intelligence, de fierté et de magnanimité qu’elle a besoin”

°°°

la culture doit toujours accompagner le culte

c’est dans le regard de l’autre qu’on devient soi.

Notre guide doit être notre formidable mémoire, notre histoire, mais aussi cette part de lumière intime et universaliste qui brille au cœur du peuple

Car la foi est, avant tout, une capacité de l’homme à voir au-delà de l’apparence, du présent, de l’immobilité et du cynisme. Elle est la marque des résistants, des libérés, des femmes et des hommes vivants, ayant transmis, par leur vie et leurs actes, une exemplarité qui ne meurt pas, sauveuse de vies futures. Mais la foi n’est pas l’apanage des héros nationaux et des “grands destins”. La foi est la racine de toute fidélité, de tout engagement tenu, de toute amitié, de toute fraternité véritable. La foi est dans le peuple et en chacun.

La foi doit être éveillée, cultivée, protégée.

Mais comme préparation cela suffit, il est temps, allons-y.

Abd-Al-Malik-realisateur-demain-au-cinema
people-looks.com

P.S. Parfois, l’amicale sollicitude ou la presse rompent notre quiétude… Après une salve de billets d’une longueur insolite, Théâme solennellement promet de se tenir enfin quitte – jusqu’à ce qu’une autre admiration se change en nouvelle inspiration !

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *