cartes
Cartes du jeu DIXIT, jeu de société et de stratégie, https://nhetic.files.wordpress.com/2012/01/cartes.gif

DIXIT… mais chut : le jeu de société bondit autour de la table, puis se tait plus qu’il n’A DIT !

dixit-p-image-53778-grande
Une carte du jeu DIXIT, http://www.espritjeu.com/upload/image/dixit-p-image-53778-grande.png

Le rêve – peut-être en latin, mais chaque matin – élève : pour peu qu’on veuille le réaliser en équipe avec l’esprit aiguisé…

le-festival-des-arts-de-la-rue-se-deroule-chaque-annee-en-aout-a-strasbourg-(image-de-la-ville-de-strasbourg)-1470844883
http://s-www.dna.fr/images/4E4B0082-8302-4C1B-9FCA-C29C252B7AD4/DNA_03/le-festival-des-arts-de-la-rue-se-deroule-chaque-annee-en-aout-a-strasbourg-(image-de-la-ville-de-strasbourg)-1470844883.jpg

Que, sur des murs nus, les roues ensemble, en chœur, en duo jouent…

SAMSUNG CAMERA PICTURES
FARSe à Strasbourg 2016, cliché de Théâme qui tente de reproduire une image de Smartphone…

Que les sons soient des dons que l’on découvre et qui vous ouvrent aux essors des trésors…

SAMSUNG CAMERA PICTURES
La musique inédite et spontanée se prépare dans l’épisode “Objectif Sicile” de “Nus et culottés”, saison 4 : capture d’écran par Théâme.

La musique alors en or transforme la technique, et l’accord neutralise la mort si l’aventure devient trop dure.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
“Nus et culottés” 4 : objectif atteint en Sicile et rencontre sur l’Etna, capture d’écran par Théâme.

À coups de hasard avance notre art : spontanément, la nostalgie laisse place à la stratégie, au feu du jeu.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
La glace et le feu pour Nans et Mouts sur l’Etna, capture d’écran par Théâme.

Nous voilà donc comme remis au monde, réinventant le cœur qui surabonde, émerveillés dans l’espace par la grâce pour mieux veiller, vigiles fragiles, plaisants, présents, reliant la bouillante lave à l’éclair du cristal grave.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Encore quelques jours pour retrouver l’Etna, Nans et Mouts sur http://pluzz.francetv.fr/videos/nus_et_culottes.html

Mais nous n’aurons jamais fini de naître : il suffit pour cela de quelques maîtres capables de nous désarçonner jusqu’à la moelle, de nous dénuder pour nous ressouder. Voici l’étoile nous empêchant de déraisonner, de quitter les routes où la vie se goûte – de nous griser et déguiser !

Toni_Erdmann
http://media.senscritique.com/media/000016213257/source_big/Toni_Erdmann.jpg

Alors la bête refait la fête ; ainsi le bon sens secouant son encens dresse la tête : soudain l’amour revoit le jour à la lumière du seul humour : car, des tanières, il nous tire pour nous humaniser. La seule stratégie pour se réaliser reste l’énergie qui jaillit en riant de l’humble sol vers la poésie, dans la solidarité de l’envol !

Au fait, le personnage principal de ce conte européen autant qu’allemand, grotesque, lent, mais bouleversant, incarne-t-il bien son “patronyme” en “homme de la terre”, et celui de la réalisatrice allemande sonne-t-il réellement comme une interjection signifiant “Adieu !”  ? Les paris sont ouverts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *