PPG3mortsoc
“La Mort de Socrrate” par J.-L. David (détail), platosphere.net .

Vous avez bien lu : ce titre n’est pas une vaine coquille de Théâme. Car, alors que leur succession semblait ballottée par le hasard, de récentes expériences paraissent une nouvelle fois se confirmer mutuellement, en faisant signe et peut-être sens.

Partageons-les donc simplement si vous le souhaitez, et commençons cette semaine par des semailles antiques avec LES BOURGEONS DE PLATONIdées invisibles et pourtant visibles, tel est le paradoxe des bourgeons de civilisation retrouvés, puis cultivés, par Christian Keime. En effet, que l’harmonie soit inscrite dans la vie, autant dans le cerveau humain que dans le beau, jusqu’à la cité qui vibre d’aspirations à l’air libre, d’une émancipation par-delà les passions, nous le savons bien par l’écriture qui lie les contraires sans rature, par le rire solution de toutes nos pollutions, par une dialectique intense et dynamique, dont l’énergie circule jusqu’à nous pour nous empêcher de rester trop mous, pour que plus loin s’envole l’action de la parole. Europe est un dessin de lignes et de signes : l’Europe a le dessein d’une humanité digne.

téléchargement
“La Mort de Socrate” par J.-L. David (détail), platosphere.net .

Le même jour parut aussi MAGDELEINE. Cette Sœur restée petite par le titre devint grande en méritant mieux qu’une mitre : elle savait que le dialogue seul nous épargne le ton rogue, et que dans le secret d’un trésor clair et frais palpitent d’infimes traces révélant l’infinie grâce. La rencontre est naissance – et ce n’est pas fou – à la “réalité plus grande que nous”.

hqdefault
Charles de Foucauld avec le Christ, word.photos .

La “Fraternité nomade” se fonde “par des gestes signifiants”, comme une onde relève le défi de Socrate et Platon : de la philosophie à l’humble poésie. C’est que la musique du vrai donne le ton.

ND-monde-entier
petitessoeursjesus.catholique.fr

Comme Magdeleine Hutin, le destin de MARIE HEURTIN – si tenace est la grâce ! – témoigna de l’union de “l’âme” avec le corps, et de la danse nouant à l’agonie l’essor. Voyez : du langage, moins à l’étroit grâce à la Croix, les mains sont le gage ; ainsi le doigt du Créateur, dans la voûte altière où bat la lumière, à l’homme transmet Sa chaleur et Son souffle vital pour toujours natal.

web-marie-heurtin-couteau-m-crotto
Une scène du film “Marie Heurtin”, rhone-alpes-cinema.fr .

Même LA PLANETE DES SONGES… ne veut que se réaliser : car, par-delà ce qui le ronge ou le gonfle comme une éponge, mais qui ne peut le briser, il suffit que l’esprit plonge aux ailes des alizés pour changer ce qui nous mure en un musical murmure.

la-planete-des-singes-l-affrontement-photo-536b8e16ab7d2
Un film d’après “La Planète des singes”, smallthings.fr .

Enseignons, sur cette pauvre Planète des singes où balbutient nos humaines méninges, comme Europe incarnant – mais d’abord entraînant – avec les techniques nautiques tout notre art alphabétique, et soignons pour apprendre, pour entendre : les accords veulent se conduire, d’autres ports veulent se construire, afin que les bourgeons de Platon, mieux que des singes gardent le cap et jettent des ponts sur notre planète des signes dont fructifie déjà la vigne… Quand, par légers signaux, le porteur de journaux à l’orée de l’aurore les balaie, de flamme alors les ténèbres se raient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *