victor_hugo_sur_le_rocher_des_116137

1.La Nuit du Quatre : un souvenir. Dans ses Châtiments de 1853, Victor Hugo fut le témoin indigné, engagé, des massacres perpétrés à Paris en décembre 1851  :

La nuit était lugubre; on entendait des coups
De fusil dans la rue où l’on en tuait d’autres.
– Il faut ensevelir l’enfant, dirent les nôtres.
Et l’on prit un drap blanc dans l’armoire en noyer.
L’aïeule cependant l’approchait du foyer,
Comme pour réchauffer ses membres déjà roides.
Hélas ! ce que la mort touche de ses mains froides
Ne se réchauffe plus aux foyers d’ici-bas !
Elle pencha la tête et lui tira ses bas,
Et dans ses vieilles mains prit les pieds du cadavre.
“Est-ce que ce n’est pas une chose qui navre !
Cria-t-elle ! monsieur, il n’avait pas huit ans !
Ses maîtres, il allait en classe, étaient contents.
Monsieur, quand il fallait que je fisse une lettre,
C’est lui qui l’écrivait. Est-ce qu’on va se mettre
A tuer les enfants maintenant ? Ah ! mon Dieu !
On est donc des brigands ? Je vous demande un peu,
Il jouait ce matin, là, devant la fenêtre !
Dire qu’ils m’ont tué ce pauvre petit être ! […]

Ce poème grandiose à force de limpidité, de spontanéité, redit en écho les horreurs, postérieures comme antérieures, suscitant douleur pareille et semblable révolte, dans l’attente éperdue que soient fondés les Etats-Unis d’Europe.

2.Le 4 septembre, ou deux naissances.

IMG_4340

Précisément le même jour de septembre, un peu moins de cent ans après la proclamation de la Troisième République française, décéda le père de l’Europe au beau sourire créateur, au flair fraternel et fédérateur, Robert Schuman : voilà juste cinquante ans, il naissait à sa patrie du ciel après avoir vidé de son fiel une portion de terre empoisonnée de guerres. Comme le souligne dans le quotidien La Croix de ce 4 septembre sous la plume du Président du Conseil européen Herman Van Rompuy en hommage à ce “Grand d’Europe“, l’Europe était “pour Schuman, et [reste] pour nous, un projet en perpétuel devenir”.

3.L’oratoire d’Oradour.

3471165_6_71ab_au-cours-de-la-premiere-visite-d-un-president_c04dee06c8a6b9aa45936077014717be

Or, à la même date, cinquante ans également après le Traité franco-allemand de l’Elysée, les successeurs de ses deux signataires viennent de se retrouver  dans l’église d’Oradour-sur-Glane, profanée et détruite au printemps 1944 lors d’un effroyable carnage nazi.

4.Sous le calame crachant sa flamme, aux carrefours du petit jour, d’Europe d’abord orientale jaillit la voie occidentale : l’avenir est chantier de paix.

P1020787

Les conflits continuent, parfois sans verser de sang, mais l’unité remue sous les pires instruments. A travers tant de nuits de septembre ou décembre, sous le chalumeau brûlant des travaux, la mort et la mémoire ouvrent l’espace à l’ambre.

P1020793

Comme reçus de Charbel, les grains blonds changent leurs reflets de marbre en cèdres ou d’autres arbres, et l’espérance penchée aux balcons en prières de lumière.

One Reply to “La nuit du Quatre.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *