Jonquilles et cocotte ont volé du Territoire de Belfort
jusqu’à l’étoile de Noël et de Pierrefontaine…

Revenons à ces mots grecs qu’on dit angéliques, certes insondables, mais plus que symboliques, dont la simplicité n’est que fraternité mystérieuse, délicieuse, au bord de l’éternité, dans notre espace habité de pauvres hères et de misères, de désespoirs et de grand soirs :

« A toi, Marie, la grâce de la joie : c’est toi qui fraies à la grâce la joie… Tu trouvas grâce de la part de Dieu » : tu Lui donneras sur terre Son lieu.

Mulhouse : décoration printanière au rond-point du Miroir.

En avant, le salut sans fin t’appelle : « Je vous salue, Marie », te prie-t-on en français… Combien nos paroles sont faibles, tu le sais. Nul besoin de miroir pour être belle !

Parterre de tulipes dans l’ouest mulhousien.

Traversant la nuit, le nouvel Adam grâce à la chair par toi prêtée, à la joie sur ton sein goûtée, sort de la mort Ses enfants morts-vivants.

Pour décorer un hall d’immeuble, étoffe imprimée selon les techniques mulhousiennes.

Tandis que l’usine ressuscite dans un couloir et qu’elle crépite comme un vitrail dont tressaille l’âpre travail. la place de la Réunion invente des attractions au-delà de la vente, où l’ample trésor des tissus se trouve de la grâce issu.

Mulhouse : « Haut les fleurs » de Marie-Jo Gebel, décoration en cours de la place de la Réunion.

Et, dès lors, les fleurs se couronnent d’un ciel infini qui bourgeonne !

Magnolia et cerisier en fleurs dans le parc Braun.

L’herbe entre dans l’accord de l’esprit et du corps quand l’animal la broie au rythme de la joie : en plein cœur de la Semaine sainte chante un chœur transcendant toute plainte.

Capture d’écran de la chaîne Yatag, vidéo enregistrée dans le Territoire de Belfort : https://www.youtube.com/watch?v=lxBBOorzVII&t=7s

One Reply to “La joie est grâce.”

  1. Toute grâce nous vient de l’Amie : qui sinon elle est la donneuse de joie, la pourvoyeuse de douceur et d’affection dans l’éternel présent des agapes reconduites ? Tandis que la ville et les rivières se bordent de fleurs dans la gloire du jeune printemps, tulipes, magnolias, jonquilles et cerisiers, les lèvres de l’humble chrétienne ne cessent de broder en son âme et sur le trottoir des villes l’angélique salutation. Que se penche sur elle aussi, la diseuse de grâces, Notre-Dame des cieux, « régente terrienne, emperière des infernaux palus »… Quant à ces palus de frère Villon, qu’y soit bientôt noyé le virus tueur, écrasé comme le serpent sous le pied de Marie. Oui, soyons comme le suggère Théâme et comme le fit Jean que Jésus aimait, de ceux qui prennent Marie chez eux. Alors nos maisons en seront embaumées et fleuries.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En publiant un commentaire vous acceptez notre politique de confidentialité

The maximum upload file size: 2 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive, code, other. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here