LA DEMOCRATIE A L’EPREUVE

Choisie comme fil directeur des travaux et des rencontres qui se déroulent actuellement à Strasbourg, cette formule à l’emporte-pièce, à double tranchant, rendra-t-elle plus solide, donc plus solidaire, la liberté ? Il faut le reconnaître : au cours de l’histoire, que d’obstacles surgissent devant l’évolution démocratique, et se multiplient au cœur comme au sortir des révolutions ! Vous pouvez les mesurer et vous tenir au courant de cet événement mondial sur le site du Conseil de l’Europe.

LA DEMOCRATIE TOUJOURS NEUVE

Le Forum Mondial de la Démocratie de Strasbourg s’est entrouvert le 5 octobre et s’ouvrira réellement ce lundi 8 octobre au Palais de l’Europe du Conseil de l’Europe, qu’on voit parfois abrégé en CoEur. Ce ne sont pas là des fruits du hasard, mais une suite logique et placée sous le signe continu du personnage d’Europe : en effet, souvent côtoyée chez Théâme, elle  joint l’Orient à l’Occident, à l’Antiquité la modernité,  2 500 ans après la naissance athénienne de la première démocratie et 3 000 ans après l’éclosion des moyens de communication d’origine phénicienne comme… Europe elle-même : les techniques nautiques et l’art alphabétique. Dès à présent et depuis longtemps, Médiapart vous permet de suivre au jour le jour les préludes et les temps forts de ce Forum. Voici quelques lignes qui pourraient lui servir de prélude étymologique :

“L’étymologie qui n’est qu’une science approximative le suggère :

si le forum antique était, en plein air, un lieu de rencontres, de dialogues et d’initiatives citoyennes,

si le monde désigne l’univers dans le même cadre latin, plus spécialement l’ordonnance du ciel et de la terre, toujours propres à la vie – au contraire de l’immonde,

la démocratie quant à elle nous refonde en la force confiée au peuple par la pensée grecque, c’est-à-dire par la liberté solidaire,

et Strasbourg peut se révéler pleinement comme le bourg où se croisent les routes de manière à tisser la paix.”

 

LA DEMOCRATIE COMME UN FLEUVE

En ce dimanche marqué par la fête du Rosaire, entre l’Assemblée des jeunes qui eut l’honneur de lancer le Forum et son inauguration officielle, par une conjonction de dates et sans doute sans le vouloir, une fête a probablement donné une note intérieure et sacrée à cet événement : en la cathédrale Notre-Dame, pour être aux côtés des Chrétiens du Proche et du Moyen-Orient – de ceux qui habitent ou qui sont nés dans la région du monde où les monothéismes ont vu le jour ainsi que tous nos moyens de subsister et de nous rencontrer,  aujourd’hui même L’Œuvre d’Orient, les fidèles du diocèse et l’archevêché de Strasbourg ont prié et chanté en communion, en araméen, en arabe et en français avec des familles libanaises, irakiennes, syriennes et turques installées en Alsace. Car, sur le littoral oriental de la Méditerranée en proie aux peurs, aux troubles, aux menaces, là précisément “sont toutes nos sources” comme le chante le psaume 87, donc également le fleuve à la fois puissant et redoutable de nos responsabilités. A nous d’orchestrer ici et là, mais ensemble et maintenant, la liberté d’expression, celle  de culte et d’abord celle, irréductible autant qu’inaliénable, de la conscience, donc la vie et le “vivre ensemble”, en modulant à l’infini la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *