Le-prix-de-la-vie

Le quotidien “La Croix“, ce mercredi des Cendres 13 février 2013, illustrait le profil de Benoît XVI, photographié pendant l’annonce de sa démission, par une citation du théologien Maurice Zundel : “Notre vraie jeunesse est devant nous, elle jaillit à chaque pas, avec un amour renouvelé pour ce Visage d’Amour imprimé dans nos cœurs”.

St Jean-Basilique St Clément de Rome

Le psaume 103 (traduction Bayard) semble confirmer la méditation de ce prêtre suisse ; “par la Croix, l’homme est Dieu”, parmi les “heures étoilées” des grâces qui font croire à “la présence” plus qu’à “l’action”, dans l’aurore de l’essor où même les tesselles de l’antique mosaïque reçoivent leurs ailes d’une musique venue du fond de l’espace et du temps, issue du silence devenu chant :

Celui qui rachète ma vie à la tombe / me fait une couronne d’amour et de tendresse […]

Celui qui comble ta beauté de bonheur [… recrée aussi] Ma jeunesse nouvelle / comme l’aigle.

InstrumentsMoyenAge

Comme Théâme l’a déjà mentionné, le cri de Georges Bernanos en pleine guerre d’Espagne, dans Les Grands Cimetières sous la lune, le soulignait en même temps qu’André Malraux achevait, dans le même contexte de combat pour la paix et la liberté, L’Espoir cité dans le billet précédent : “L’Evangile est tellement plus jeune que vous !” Ainsi, les mystères du Moyen Âge ont su glisser en la liturgie les dialogues bibliques et les jeux évangéliques, associant les fidèles – des églises aux parvis, les habitants – des rues aux places, corps et âme, voix et rires, gestes et prières, dans la lumière fraternelle, parmi les étincelles de l’invention, dans la tendresse de  l’Incarnation et dans la trajectoire de la mémoire lancée vers une venue éternelle.

Enfant_Jésus_de_Prague_Joinville_200908_5

Dès lors, l’aïeule se sent moins seule quand elle esquisse des pas difficiles, délicats, près de l’enfant retrouvant l’équilibre en sa maison d’amour, solide et libre. Voyez dans les vieilles mains les fins, les jolis, bras suivre deux jeunes yeux vers la lampe et l’éclat pour que s’éteigne, se rallume, aussi l’écume de la brume sous l’abat-jour, soudain moins lourd !

le_petit_prince-31

Par son inspiration tout à la fois réaliste et mystique, le roman russe l’a proclamé : “La beauté sauvera le monde” d’une manière aussi humble que définitive, a suggéré Dostoïevski.

la_beaute_sauvera_le_monde_badge_publicitaire-p145987395208699129en8go_400

En l’affirmant à sa façon, voilà quelques années Gérard Depardieu lut à la cathédrale de Strasbourg, aux côtés de l’éclaireur que fut pour plusieurs d’entre nous le professeur André Mandouze, cet extrait des Confessions de saint Augustin (X, 27) : ” C’est bien tard que vraiment je me mis à t’aimer, Beauté depuis si longtemps jaillie, Beauté si fraîche, neuve et jolie, c’est bien tard que vraiment je me mis à t’aimer ! Et voici qu’en moi tu faisais ta demeure, alors que je traînais dehors d’heure en heure…” (Traduction proposée par Théâme.)

Fra-angelico-conversion-augustin-Cherb2

Ce monde abonde de pain, de faim ; il appelle le sol et ses merveilles, il nous réveille chaque matin et révèle l’envol.

06-juin-sans

A celui qui va larguer les amarres loin de nos verrous, serrures et mares, donnons l’hospitalité du billet cent cinquantième chez Théâme, qu’il sut affréter pour la Toile. Mieux qu’un poème, par-dessus tous les poids des distances, la Croix vient dispenser les leçons de la tendresse en jetant l’ancre d’espérance et d’adresse.

 

croix2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *