LEGOUTDELACW0029286_BAN1_2424_NEWTV
Film d’Abbas Kiarostami, http://vod.surtousmesecrans.woopic.com/contents/VOD/LEGOUTDELACW0029286_BAN1_2424_NEWTV.jpg

Comment donc nos humbles salles obscures étincellent-elles en puits d’eau pure ? Nous le savons (Isaïe, 35) : “le désert fleurira”, l’obscurité de la mort portera des fruits. Déjà, voyez-les qui bougent sur la pellicule, brillants, rouges de renaissance, au-dessus du fossé bien que le désespoir ait tout faussé.

le_gout_de_la_cerise
http://www.arte.tv/sites/olivierpere/files/le_gout_de_la_cerise.jpg

Dès lors, les branches semblent moins blanches, tremblent de pousses et de bourgeons, de soudains souffles et d’horizons.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Matin dans le désert du Sinaï, numérisation d’une photo de 1988 par Théâme.

Même les oliviers du Mont tressaillent d’imminentes, d’ardentes, retrouvailles.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Au Jardin des oliviers, numérisation d’une photo de 1988 par Théâme.

Qui donc aurait cru que l’empereur Henri serait saint malgré son successeur épris de vices ? D’ailleurs, le futur saint Antoine de Padoue ne devint pas d’emblée moine, mais il étudia – à hue et à dia – jusqu’à ce que ses fibres d’une naissance vibrent, au point de danser pour elle d’une claire sève qui jamais ne crève, pour lancer nos futures oreilles vers d’autres merveilles…

P1030499
CHU de Strasbourg-Hautepierre, Chapelle oecuménique, “Saint Antoine” par Raymond Keller, cliché Théâme.

A Bari s’en était venu Nicolas déjà disparu ; de même, dans les oliveraies proches, on conclut qu’une voie a raté le coche… Mais les racines sous les accidents puisent de la résurrection le sang. Quelquefois même une mère orpheline de son enfant par des mots furtifs, patients, le devine.

1507-1
http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/84/5b/7c/8149892/1507-1.jpg

Or voici que le chant d’un vieil arbre transplanté ne laisse pas de marbre les personnels… impersonnels, que les médias relaient des remèdes capables de faire aboutir l’aide par la tendresse de la méditation, par Alma dont le nom porte en espagnol “l’âme”, mais en latin la mère aux “aliments” sans blâme, et par le calme élan d’une révolution. L’arbre sacré sécrète le sourire : le vieil Olivier devient un vivier ; car, par lui, l’improbable paix respire.

196258
http://tv-programme.com/cinesix_magazine/replay/cinesix-l-olivier-un-film-de-iciar-bollain_578438cf0dd62

Ainsi l’Europe semble enfin se dessiner, les Européens eux-mêmes se décider à faire cause commune pour chacun et chacune, pour que le cinéma redresse notre mât, par-dessus la mémoire étroite, nationale : vers une liberté gracieuse et radicale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *