“Vocation de PIERRE“, vitrail de Max Ingrand à Saint-Pierre de Montmartre, https://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Paris/Paris-eStPierreMontmartre_v03.htm

Tandis que Strasbourg s’enorgueillit d’un périmètre “Ville-Nouvelle”, d’Altenstadt “Ville-Ancienne” jaillit un joyau de durable étincelle…

“Tapisserie de lumière” : Victor Beyer, qui vient de partir presque centenaire loin de nos nuits et de nos luminaires, définit le vitrail comme si c’était hier. Si donc vous quittiez vos meurtrières tanières, d’une pierre qui relève poissons dans la mer et sur terre moissons jusqu’aux célestes membres changeant la guerre en ambre, vous verriez du verrier la maîtrise qui s’irise sous le travail long des doigts et du plomb…

Bas du vitrail de l’Europe à la cathédrale de Strasbourg : “Au milieu du XXe siècle, pour mettre à leurs querelles un terme, à Strasbourg se rassemblèrent les nations européennes et, comme maître d’oeuvre, elles désignèrent l’honorable Jacques Camille Paris – don de l’Europe, création de Max Ingrand”, https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/483/files/2015/11/JEP2015_P20_02.jpg

Il suffit pour cela qu’aux voûtes du silence, avec les œuvres d’Ingrand qui sait crever les écrans, l’écoute s’émerveille et se transforme en danse, prête à relever, guérir, puis sauver.

Eglise Saint-Ulrich d’Altenstadt (XIIe siècle) avec des vitraux de Max Ingrand, dont “le bon Samaritain“, cliché Marc Hiebel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *