9782227489141fs
http://b.decitre.di-static.com/img/fullsize/marion-muller-colard-l-intranquillite/9782227489141FS.gif

Et je redoute l’hiver, s’exclame Rimbaud dans Une saison en enfer, parce que c’est la saison du comfort !

Qu’il soit ici permis à Théâme d’entrelacer trois découvertes complémentaires : la visite de deux expositions et une lecture.

En ces temps de guerre, d’effroi, de froid et de joies précaires, par moment des écrivains le cri ne reste pas vain. De la fausse paix, des livres par leur tension nous délivrent : de Fernando Pessoa jusqu’à René Char s’avancent les pas de Marion Muller-Colard, taillant des phrases qui s’embrasent et crépitent, renouant même avec l’aphorisme d’Héraclite, brassant l’humour avec l’amour, l’arc et la vie pour l’harmonie.

p1040116
M. Chagall, exposition Maritain à la BNUS, cliché Théâme.

“La solidarité” soude les “ébranlés” ; “petits soldats du monde” (Marion Muller-Colard, L’Intranquillité, page 21), veillent les angoissés jusqu’à ce que d’un coup la grâce surabonde.

p1040094
Exposition Maritain, cliché Théâme.

Parfois l’œil et l’oreille, accordés par le ton, improvisent des surprises, mais se laissent aller au seul souffle du don.

p1040014
“Der Blaue Reiter” à la Fondation Beyeler : “Improvisation” de V. Kandinsky, 1910, cliché Théâme.

Alors le chromatisme apprend même à se taire ; puisque aucune fugue ne fait rien à l’affaire, soit : “à ne plus pouvoir parler, il ne reste qu’à écouter” (67).

p1040032
“Der Blaue Reiter” à la Fondation Beyeler : “Fugue” de V. Kandinsky, 1914, cliché Théâme.

Dès lors, les pages contemplent l’aventure sans exemple : l’Annonciation n’est qu’un fil ténu, “le oui au Grand Dépourvu” (46). Car un hôte divin s’est fait chair et tendresse : bien que chacun le blesse, il guérit et redresse… “Dépendant, attendant que l’humanité lui fasse crédit”. (55)

annonciation_home-1090x720
Otto Dix et le retable d’Issenheim, musée Unterlinden de Colmar, http://www.musee-unterlinden.com/wp-content/uploads/2015/12/annonciation_home-1090×720.jpg

Face aux artistes qui se succèdent, nous montrerons-nous fermés et raides ? Le regard moins hagard se détend et s’élance, prêt à sauver l’enfance.

p1040125
“365 méditations, Jérusalem à la croisée des chemins” : Léonnard Leroux, Presses de la Renaissance”, 2010, cliché Théâme.

L’attention à l’art ouvre la porte de la peau morte, donnant le départ : que “la communion des intranquilles” (97) nous rende sensibles et mobiles. Au fond du confort rouillent nos ressorts; avec nos charges, gagnons le large ! Le risque est le port qui nous rend l’essor…

p1040123
Affiche à l’entrée de l’exposition consacrée par la BNUS aux Maritain, cliché Théâme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *