idomenee,M54978 (1)
“Idoménée” de Mozart au Théâtre des Champs-Elysées, photo d’Alvaro YANEZ, telerama.fr .

Un père s’engage auprès des dieux à tuer la première personne qu’il pourra croiser en Crète, dans son royaume, s’il survit à la tempête qui l’attaque au retour de la guerre de Troie. Or ce père n’est autre qu’Idoménée, petit-fils de Minos et d’Europe – l’immigrée qui franchit depuis ses côtes phéniciennes les vagues ainsi que les vents sur l’échine d’un Zeus méconnaissable, de ses dons incontournables, puis qui donna le jour à Minos, donc à la fondamentale constitution, et la première civilisation, européennes : précisément en Crète.

4871287_7_411d_des-migrants-pres-d-idomeni-en-grece_951cac3747459f30c689fabfa651ff23
Idomeni, photo de Sakis Mitrolidis, 22/02/2016, lemonde.fr .

Faudra-t-il laisser les Européens nés d’Europe tuer leurs cousins, par milliers les petits-neveux d’Europe – même s’ils n’en sont pas informés ni conscients, dans la commune grecque d’Idomeni, où résonne le nom d’un infanticide exécutant le serment qu’il dut prêter à des dieux inhumains ? Ou bien faut-il supplier des envoyés angéliques de relever notre honneur et les victimes embarquées dans l’exténuant exode, en rouvrant nos yeux dès l’abord dessillés par EurOpe aux Larges-Vues, mais progressivement bouchés par les grilles de nos peurs et de notre indifférence ?

Mozart-Idomeneo-531787
classik.forumactif.com

Sans souci d’autrui, l’art geint et suppure ; sans espérance meurt toute culture. Laissons Mozart alléger nos remords, nous envoyer des anges qui rangent, qui nous changent, puis transformer la distance en accords pour que nos consciences enfin s’éveillent et pour que nous partagions les merveilles fraternelles courageusement, ou plutôt – même tard – dignement.

2 Replies to “Idomeni, Europe et les anges.

  1. Merci de tous ces rappels qui touchent tant à notre actualité.
    Espérons qu’il ne faudra sacrifier personne à des dieux inhumains et que les hommes qui les ont supplantés (?) fassent preuve d’un peu de jugeote et de coeur.
    A lire dans le “Libé” du 23 février l’article d’Eloi Laurent sur son ouvrage
    “Nos mythologies économiques”.

    1. Oui, chère Amie : partons avec Eloi Laurent pour “des mondes imaginés”, pour “des quêtes de sens”. Mais qu’Europe nous garde les yeux et l’horizon grand ouverts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *