ME0000057509_3
Arcimboldo : l’Automne,www.insecula.com .

Quand un sommet mondial s’ouvre sur le climat et qu’au sol, dans les airs, à grands feux l’on se bat, que l’esprit n’est plus libre, que la peur seule vibre, voici l’automne tout joufflu de vents durs et de parfums drus…

plan_climat_01
“L’échelle de Jacob”, www.communaute-urbaine-dunkerque.fr .

C’est donc le moment de protéger, sans terreur, sans erreurs, sans haussement d’épaules léger, ce que l’étymologie et la réflexion, reliées par de toutes nouvelles connexions, appellent joliment notre échelle climatique, pour monter dans la nacelle de l’avenir, tous ensemble vers la paix, vers la lumière partagée au sommet.

38223_Jacobs_Ladder_f
Marc Chagall, “L’échelle de Jacob”, www.painting-palace.com .

Mais, contre notre âme et nos joies saintes, en hissant ses mâts contre le climat, la guerre sème et moissonne les plaintes des terres, des peuples et des saisons dans la cruauté dénuée de raison…

image_1948
Sauro Cavallini, “Hymne à la vie” devant le Palais de l’Europe à Strasbourg, www.ere-oca.com .

… Mais les régions elles-mêmes se recroquevillent blêmes, au lieu de se soucier du bien, de s’associer, par les techniques nautiques et par l’art alphabétique, pour qu’advienne EurOpe en ses foyers qu’elle fit ainsi naître avant trois millénaires, pour que que sa lumière de paix fasse mieux faire, qu’elle vienne chez nous travailler encore à ses Larges-Vues comme à nos promesses tenues ! Disons donc non plus “guerre au climat”, mais halte à la violence qui bat : d’un mot, place à la grâce – et d’abord aux (ré)solutions que permet la concertation de nos représentants et de nos responsables, pour peu qu’ils mettent en œuvre la bonté du sens et de la foi, de la volonté, pour ne pas bâtir sur des cendres ou du sable. Puisque toute guerre fait la guerre au climat, osons enfin dire : “Pouce ! Gare au climat !” Après la question, toujours d’actualité “La bourse ou la vie ?”, posons-nous celle-ci, plus brûlante encore : “La guerre ou le climat ?”

kedl
Europe, “Silhouette féminine qui se lève des flammes”, par Rudolf Kedl, devant le Palais de l’Europe à Strasbourg, www.strasbourg-europe.eu .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *