Le moment est venu de récapituler trois temps forts du Forum Mondial de la Démocratie de Strasbourg : voici un regard sur le premier.

L’AUBETTE On connaît bien le bâtiment de grès rose et de grand style français néo-classique donnant sur une place de Strasbourg à la gloire du général napoléonien Kléber, dont le nom signifierait en allemand celui qui fait que “ça colle”. On pourrait même croire que son nom d’Aubette dérive de l’aube, surtout quand on voit ses nuances mordorées et qu’on suit les événements qui s’y déroulent depuis ce 6 octobre 2012.

ARTE FESTIVAL Or, si la vérité linguistique nous oblige à rétablir “l’abri” comme sens originel de ce terme architectural, ARTE FESTIVAL permet de concilier dans la grande salle de L’AUBETTE l’aube et l’abri, à lever le voile en avant-première sur des reportages aussi courageux que lumineux, à héberger des rêves entre danger de mort et réalisation créatrice : bref, à rassembler dans le feu de l’actualité d’une part des spectateurs pour qu’ils soient acteurs d’une vie citoyenne et, d’autre part, des reporters dont la valeur dépasse les années pour qu’ils entrent en vibrant dialogue, en synergie responsable, au point de donner les dernières nouvelles des personnes qu’ils viennent de filmer, en courant, mais aussi en écartant d’elles, les plus tyranniques périls.

L’AURORE SUR L’ORIENT La liberté a pu trouver ainsi quelque temps un refuge à L’AUBETTE et l’aurore semble s’y lever à la fin de la journée, de proche en proche, sur la Libye, l’Irak, la Somalie, la Chine… Est-ce vous, général Kléber, qui faites que tout “colle”, jusqu’aux prises de conscience les plus improbables ? Telle est en tout cas la force de la démocratie, si nous daignons ouvrir nos yeux et nos projets de citoyens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *