18861637_p
Vierge pèlerine, Notre-Dame de Fátima : p4.storage.canalblog.com .

Etrange, éternelle pérégrination de celle vers laquelle se tournent et marchent les foules pèlerines depuis deux mille ans. C’est ainsi qu’à Fátima, plus visiblement, la Vierge Marie paraît en route pour rencontrer ceux qui viennent – ou ne peuvent pas venir – jusqu’à son image légère qui soulage en bonne Bergère…

D’autres, au lieu du bourdon – ce bâton du pèlerin, saisissent leur levier de tracteur, leur roulotte et leur chagrin pour aller réaliser un vœu conjugal, par-delà le deuil qui a brisé le doux joug de la tendresse, en traversant l’Europe d’est en ouest et du nord au sud, jusqu’à l’autre haut lieu au bout de la péninsule ibérique : Saint-Jacques-de-Compostelle.

a-l-interieur-de-la-roulotte-le-strict-minimum-juste-de-quoi-dormir-photo-dna-redac-haguenau-2-sta
Roulotte des Sewenig, www.dna.fr .

Néanmoins, nous la savons, Europe franchit d’abord les millénaires et le désert des aires pour peupler de nefs, d’aleph, d’écriture, d’aventure, de bâtiments et de serments, le monde en train de naître d’elle qui voudrait être, au-delà de la mort, servante de l’accord… Mais, sur les terres chères à son âme, que de drames, que de brasiers infâmes !

Ukraine
Après le crash en Ukraine du 17 juillet 2014, www.pressherald.com .

Alors, parfois, elle vient au bord de son deuxième berceau : le nord lui permet en effet de reprendre souffle en pleine amertume de cendre. Suivons l’actualité franco-allemande de l’Eurojournalist(e), et particulièrement la plume bilingue, ailée, multiculturelle, de Kai Littmann.

(KL) – Strasbourg n’est pas une ville comme une autre. Strasbourg, c’est la preuve qu’il est possible de surmonter le poids de l’histoire, la violence, l’injustice. Après des siècles de conflits entre la France et l’Allemagne, Strasbourg est aujourd’hui un symbole de la paix, de la réconciliation et de la volonté de ne pas répéter éternellement les mêmes erreurs. Sur le fond de cette histoire strasbourgeoise, l’appel lancé ce week-end par Roland Ries a du poids.

[…] «La mort d’enfants innocents, où qu’ils soient nés, est insupportable et injustifiable. L’escalade de l’horreur doit cesser. Il faut que la Communauté internationale pèse de tout son poids et parle d’une seule et même voix pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat et à la relance du processus de paix.»

Cet appel humaniste, venant du berceau de l’humanisme rhénan, n’est pas inutile. Roland Ries interpelle ainsi l’ensemble des acteurs pour les ramener à la raison, comme l’avaient fait les pères fondateurs de l’Europe après la IIe Guerre Mondiale.

Kai Littmann propose donc que le prochain Forum Mondial de la Démocratie à Strasbourg élargisse son regard et relève la barre :

Organiser des débats entre ceux qui ont échoué dans la tentative d’organiser un monde meilleur ne sert pas à grand-chose. Strasbourg, capitale des Droits de l’homme, se doit d’être plus visible dans ces dossiers.

img
Strasbourg, carrefour de routes “notiques” : www.archibald-studio.fr .

Relever la barre, élargir le regard, cette capitale européenne le peut si elle prend et donne conscience de notre destin européen, avec ses droits et ses devoirs, avec la profondeur individuelle et les fertiles entraides mutuelles, par l’attention et par l’action. Précisément, Europe reste le visage tutélaire, à travers les âges comme à travers les guerres, autant de la relation que des réconciliations.

Silence qui s’illumine, même quand le désespoir désire le dernier soir, et matière qui chemine écoutent à Fátima, dans tous les langages, contre les tangages, tressaillir la voile au mât quand, saisissant, le Christ venu d’Irlande tend vers nous ses bras et sa demande : Prenons, s’il vous plaît, le bâton de paix.

DSC01405
Eglise de la Très Sainte Trinité à Fatima : Christ saisissant, 4.bp.blogspot.com .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *