Les radicaux lexicaux demeurent vigoureux sous les termes qui nous servent et nous relient par les langues indo-européennes.

Précisément, vigueur et vigilance caractérisent l’être humain par excellence alors que les végétaux ne disposent, à notre connaissance, que d’une vie… végétative ! Dépassons donc le vertige étymologique en explorant le réseau de la famille fondée sur le verbe latin VERTERE : il reflète l’énergie dont notre socle linguistique est innervé. Justement, l’énergie désigne à partir du grec ancien la puissance au travail, comme nous le rappellent en allemand Werk, en anglais Work, en français l’ergonomie ou l’ergothérapie et l’énergumène, avec le chirurgien ou le démiurge le service sacré rendu par autant que pour le peuple dans la liturgie, puis le rabelaisien Panurge et le thaumaturge, enfin l’orgue et l’organisme…

A la suite de ce dynamique schéma de l’évolution (proto)historique, poursuivons des rapprochements que nous espérons éclairants ; aux yeux sondeurs et frondeurs de la réflexion qui traverse les miroirs, quelle action primordiale soude l’un à l’autre des termes aussi différents que l’adVERSité, l’aVERsion, l’aVORTement, la conVERSation et la conVERSion, la diVERSion et le diVERTissement, le diVORce, l’enVERS, l’interVERSion et l’inVERSion, la réVERSibilité, la subVERSion, la tergiVERSation, l’uniVERS et l’uniVERS(al)ité, VERS, le VERS, la VERSatilité, le VERSement, la VERSion, les VERTèbres, la VERTicalité, le VERTige ?…

Contemplons un instant ce tissu de racines sur la Toile en nous souvenant que, chez les Romains, la contemplation résulte d’abord d’un rite inaugural qui consistait à découper un carré dans l’espace pour y observer, par une sorte d’anatomie céleste, le vol des oiseaux et pour tenir compte de son interprétation dans la fondation projetée au sol, par exemple avant de bâtir un temple : à traVERS la famille de VERTere observée à l’instant, il s’agit toujours d’opérer ou de subir le mouvement de tourner, d’orienter, de changer de fond en comble, aussi bien pour (se) détruire que pour (se) constituer plus solidement.

Le meilleur témoignage de la chance ainsi mise au jour réside peut-être dans l’expérience de la conVERSation : elle permet d’évoluer ensemble, d’abord – selon l’usage du terme latin – dans le même lieu de vie, ensuite en abordant par la parole des sujets communs… pour reconstruire le monde entre amis.

D’ailleurs, parallèlement à l’ordre beau du cosmos grec et dans le sillage du Nuage de Magellan qui figure en tête de ce billet, le monde ne se déploie-t-il pas en demeurant ou devenant toujours davantage uniVERS, autrement dit une convergence harmonieuse qui s’oppose à l’immonde, pour peu que l’humaine patience veille à la dégager des immondices, voire à l’émonder d’après l’arborescence étymologique proposée par l’article “J’essuie (donc je pense), donc je suis”, quitte à passer par une forme de subVERSion ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *