P1060171
Tram de Strasbourg, terminus “Boecklin” : entrée du Lieu d’Europe et début du Parcours d’Europe, cliché Théâme.

Europe, mère ou grand-mère du monde !?

Après des titres à la tonalité désenchantée, il est temps pour Théâme de prêter l’oreille à d’insistants appels. Alors qu’il doit, le mois prochain, venir à Strasbourg adresser la parole au Parlement européen, puis au Conseil de l’Europe, le pape François réfléchit à l’avenir du continent qui l’accueille, mais qui d’abord cueillit tant de fruits et d’élan, aussi bien matériels que spirituels !

« Il s’est beaucoup inquiété du chômage des jeunes en recevant les évêques du continent européen la semaine dernière », relève un participant à cette rencontre, où le pape argentin s’est demandé si « l’Europe jouait encore un rôle de mère pour le monde ou désormais de grand-mère ». (La Croix, 6/10/14, article de S. Maillard intitulé : “A Strasbourg, le Pape va faire deux discours à l’Europe”.)

Strasbourg, the spirit of Europe ?

Sans attiser les rivalités entre la capitale européenne historique et celle qui s’est autoproclamée par la suite, remarquons le contraste culturel, ou plutôt structurel, qui les sépare et qui  devrait au contraire les allier comme complémentaires. Alors que l’immense Parlamentarium de Bruxelles proposait encore ces jours-ci le Musée des Relations brisées, le tout jeune Lieu d’Europe à Strasbourg, dont la devise est devenue “l’esprit de l’Europe” (à partir de l’anglais), a recouvert, donc ouvert, sa grille par les panneaux de l’exposition intitulée, également en traduction de l’anglais, “Faire la paix”

Permettez donc à Théâme de dédier quelques lignes à l’actuelle directrice du Lieu d’Europe comme aux promoteurs audacieux et tenaces de ce projet :

Strasbourg, the spirit of Europe… Esprit d’Europe, es-tu là ?

Développe : fais du Lieu d’Europe un seuil où se dilate l’accueil !

Pour Mme Anne Billaut, Directrice du Lieu d’Europe,

pour MM. Alexis Lehmann et Henri Mathian, qui donnèrent force et forme à ce projet.

P1060165
Tram de Strasbourg, station “Parlement européen” : rouages à déclencher encore pour des vues à 360°, cliché Théâme.

 

Nous voulions un phare ;

Nous en avons un

Déjà, qui n’est jamais avare :

Il ouvre l’espace en commun.

C’est la CATHÉDRALE,   Traversant le pâle

Et souvent sanglant   Passage du temps…

 

Nous voulions bâtir un phare,

Mais STRASBOURG n’est point battu

Des flots, sinon de ceux qui parent

Le fossé rhénan de saluts.

Voici donc en ce LIEU D’EUROPE

Certes vénérable, mais rénové,   Dans son écrin de verdure lové,

De quoi quitter nos frusques misanthropes

Pour essayer d’atteindre un but   Qui ne fut jamais approché ni vu…

 

Pour que l’espérance moins fréquemment s’égare,   Nous voulions ensemble faire jaillir un phare :

Venez au creuset   Bouillant de la paix.

Dans ce feu de voûtes,

Ce n’est ni l’ample Parlamentarium   De Bruxelles ni même l’Atomium !

En ce nœud de routes

Qui continuent de palpiter

Dans l’ombre,

Venez apprendre à habiter

En nombre.

Or le nom d’EurOpe ne signifie-t-il pas   Le cœur voguant au large, et voyant à grands pas ? M. H.

AH_EgéeDSC04563
En mer Egée, cliché Archibald Studio.

Esprit de jeunesse ?

Le Lieu d’Europe qui vient de naître nécessite comme tout nourrisson respect et soin, innovations vigilantes et souriante présence. Ainsi seront surmontées nos ruptures familiales ou territoriales, mais surtout cet “esprit de vieillesse” stigmatisé par Georges Bernanos dès 1929 à propos de Jeanne la Lorraine : Le cœur du monde bat-il encore ? […] Mais le cœur du monde bat toujours.

L’enfance est ce cœur. N’était ce doux scandale de l’enfance, l’avarice et la ruse eussent, en un siècle ou deux, tari la terre. […] Mais l’esprit de vieillesse qui conquiert patiemment le monde, le perd chaque fois au bon moment, puis recommence pour le perdre encore, inlassable, inexorable. 

… Mais, vers le crépuscule, Europe minuscule se tourne encore en nous donnant – pour que tout esprit de vieillesse soit sauvé par l’esprit de liesse – son bond et son nom rayonnants.

 

2 Replies to ““Esprit d’Europe”.

  1. Oui, l’Europe a besoin de poésie, l’Europe a besoin d’affection et de rêve.

    Un grand bravo pour cet essai.

    Ce sont les émotions qui mobilisent les hommes plus que la raison. L’Europe se doit de jouer sur les deux tableaux. A la prochaine fête de l’Europe, il faut mettre des milliers de drapeaux européens dans les rues de Strasbourg et passer en boucle sur les ondes l’Hymme à la Joie. Le Lieu d’Europe doit faire chanter en même temps et le coeur et la raison.

  2. Merci de bien vouloir rappeler la nécessité de s’unir et de donner vie, en ce Lieu, à une Europe rayonnante.

    … Un haut lieu de mémoire, d’histoire, de connaissance
    où l’Esprit d’Europe emporte le Citoyen
    Un lieu de réflexion et de prise de conscience
    De ce nouvel espace culturel commun
    ( fait de nations que tout sépare ! )

    « Je voudrais un lieu du souvenir et un lieu du futur, un lieu où les idées européennes peuvent continuer à grandir, un lieu de l’histoire de l’Europe, un lieu qui évoque les raisons d’Europe, un lieu de l’Europe des citoyens » disait Hans-Gert Pöttering lorsqu’il présidait le Parlement.

    C’est en ce Futuroscope de nos Institutions qu’un parcours initiatique doit sensibiliser le visiteur à la nécessité d’Unir nos forces et de Fédérer nos Nations. Et donc de passer, peu à peu, d’une identité nationale à une Citoyenneté Européenne transcendant les particularismes locaux, les diversités sociales, culturelles et religieuses.

    Il est important d’expliquer les raisons historiques et les enjeux complexes de cette marche forcée, vers l’Union dans l’euro, de Pays aussi différents … tout en apaisant les craintes et en valorisant nos atouts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *