SONY DSC

On l’a dit : Le Jour du Seigneur

est largement sexagénaire.

Mais le Verbe est créateur

à travers les millénaires.

De même que les mots évoluent constamment, l’humanité module un art de vivre aimant.

Ainsi, le verre est apparenté à la plante aux feuilles vitreuses dont on extrait le pastel, appelée guède. De plus, le nom grec de cette plante est isatis, désignant également un renard polaire…

Est-ce que le vitrail convoque ainsi les règnes

– mieux que le travail récent de l’émail –

pour que l’essentiel puisse apparaître et s’enseigne ?

En tout cas, les équipes d’artisans continuent d’œuvrer à travers les ans…

L’aurore se restaure autant qu’elle restaure :

Dans le vitrail abîmé, le dessin s’est ranimé.

Sur notre bible de pierre s’était incrusté le lierre

d’une séculaire pollution. Des techniques la révolution

transforme à nouveau les verrières en de salutaires clairières ;

le verre n’est plus à moitié vain : la lumière en jaillit sur nos mains.

La bande dessinée paraît même être née

dans cette nef sombre, dans ces bas-côtés. Mais ils ne se contentent pas de conter :

car voici que l’oreille,

par la télévision,

soudain sourd et s’éveille

sous son poids d’érosions.

L’évangile bavarde,

circule, illumine et sourit :

la faim s’apaise et s’assouvit,

car la crise hagarde

s’enfuit ! Il suffit de cinq pains et deux poissons

pour que Jésus fasse déborder la moisson

fraternelle, qui ruisselle :

elle unit et bénit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *