Strasbourg, place des Halles, cliché Théâme.

Entre l’évidence et l’ardent silence, ÉCLATANT OU LATENT… tel est bien le printemps, lui dont la joie fraîche flamboie, lui dont l’embrasement est symphonique et lent.

Jean Giono l’avait intensément observé dans une nuit de Haute-Provence et le scanda d’un discret duo romanesque, mais humain :

La forêt était déjà en pleine joie magique. Elle avait commencé sa fête nocturne de printemps.

[…]

Un aulne avait ouvert brusquement ses bourgeons et déplié ses feuilles, et, de noir, il était devenu neigeux et frissonnant.

[…]

Un érable venait de fendre ses bourgeons à fleurs. Il était allumé d’une lumière mate comme un arbre de farine. Chaque fois qu’il ouvrait un bourgeon, un petit éclair sautait tout luisant et l’odeur de sucre coulait.

[…]

Des érables s’allumaient dans toutes les salles de la forêt.

A la lueur des bourgeons ouverts on distinguait de nouvelles salles, de nouveaux piliers, de nouveaux couloirs, de nouvelles charpentes de branches.

[…]

Les saules dépliaient leurs feuilles bourgeons à bourgeons le long de leurs branches droites. Il n’y avait que la lueur des étoiles et la lueur des bourgeons. Mais, plus que toutes les autres, les feuilles neuves du saule sont lumineuses et autour de chaque bourgeon elles éclairaient l’écorce d’or de la branche. Ainsi autour des saules s’élargissait peu à peu un halo couleur de cuivre.

[…]

Partout les bourgeons s’ouvraient ; tous les arbres allumaient peu à peu des feuilles neuves. C’était comme la lueur de plusieurs lunes. Une lueur blanche pour les feuilles d’aulnes, les pétales d’érables, les feuilles de fayards, la mousse des peupliers ; une lueur mordorée pour les bouleaux dont le feuillage reflétait les troncs et se reflétait dans l’écorce ; une lueur de cuivre pour les saules ; une lueur rose pour les alisiers et un immense éclairage vert qui dominait tout, la lueur des feuillages sombres, les pins, les sapins et les cèdres.

http://www.yourtesdeprovence.fr/s/cc_images/teaserbox_2472116551.jpg?t=1487865191

Les odeurs coulaient toutes fraîches ; ça sentait le sucre, la prairie, la résine, la montagne, l’eau, la sève, le sirop de bouleau, la confiture de myrtille, la gelée de framboise où l’on a laissé des feuilles, l’infusion de tilleul, la menuiserie neuve, la poix de cordonnier, le drap neuf. Il y avait des odeurs qui marchaient et elles étaient si fortes que les feuilles pliaient sur leur passage. Et ainsi elles laissaient derrière elles de longs sillages d’ombres. Toutes les salles de la forêt, tous les couloirs, les piliers et les voûtes, silencieusement éclairés, attendaient.

De tous les côtés on voyait les profondeurs magiques de la maison du monde.

Le vent se fit attendre.

Puis il vint. Et la forêt se mit à chanter pour la première fois de l’an. 

Jean Giono, Que ma joie demeure, 1935 (extraits).

Éclatants ou latents, tels sont les germes que rien ne ferme, où déjà les fruits frémissent sans bruit…Tandis que bouillonne l’élection brouillonne, l’Europe tente de garder le cap par-delà ses opaques handicaps. Elle se mobilise parmi les bourgeons en disant : “Bougeons ! Que fructifie la brise !”

Prouvons en marchant l’humble mouvement, qui naît et continue par les champs, par les rues… PULSEOFEUROPE, c’est une pulsation de danse, de sens ou plutôt de passion, qui d’une voix forte met debout, qui porte :

http://eurojournalist.eu/leurope-la-vraie/

https://strasbourg.curieux.net/agenda/images/sortie/image_47663.jpg

Éclatant et latent, contre le naufrage s’unit l’équipage sur son bateau bâti pour l’eau : voyons donc large du centre aux marges, sachons rendre compte, relier, pour faire gagner l’amitié comme nous y incitent un blog neuf et son site. Son nom d’EUROLATIO rend hommage à Daniel Riot comme au tout premier périodique, paru dès 1605 à Strasbourg sous le titre : RELATION.

https://eurolatioleblog.files.wordpress.com/2017/01/eurolatioc3a9c3a9c3a9.png?w=640

Éclatante est l’attente : soyons aussi sans peur les fiables serviteurs solidaires de la liberté, qui seule apprend à se concerter pour mettre en œuvre la délivrance avec les forces de l’espérance, pour agir et guérir, par exemple dans le cadre de la FIACAT ou de l’ACAT : https://www.acatfrance.fr/

www.fiacat.org/ :  ihefbbeoejninihc.jpg file:///C:/Users/PC/Downloads/rapport-2016-fr-bd%20(1).pdf

 

 

 

 

3 Replies to “Éclatant et latent.

  1. “quand tu seras obligé de foutre le camp à travers tes forêts intérieures que ça commencera à compter!” J.Giono

    Merci pour tous vos partages!

  2. Oui une lettre + une lettre + une lettre ……peut faire libérer un prisonnier injustement condamné comme Dang Xuan Dieu, je néglige les accents, libéré en janvier après 6 ans d’enfermement..
    Vive l’ACAT
    .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *