P1030339
Exposition “Terre de liens” à la galerie Bamberger de Strasbourg : “Formes et vies primitives” de Voula Gounela et “Tête antique” d’Anke Vrijs, cliché Théâme.

En restant bien sur le pied de paix dans l’espace de la culture, dans la grâce de la sculpture, fermez à la guerre son clapet : de la matière à la lumière investissez votre Terre de liens sur le sentier de crête qui prend sa source en Crète, puis rendez le silence musicien, jusqu’à ce que vibre aux captifs l’air libre.

P1030342
Exposition Bamberger “Terre de liens”, “La liberté” en grec : réalisation photographique par Anke Vrijs, cliché Théâme.

Ainsi tenez sur le pied de beauté, qui pour l’esprit ne peut jamais boiter : la vraie lecture est écriture, éveil au seuil de l’aventure, juste au bord de l’accord.

P1030345
Exposition “Terre de liens” : céramique feuilletée de Karin Stegmaier, cliché Théâme.

Les grands auteurs nous ont appris que chaque ouvrage est le fruit velouté du corps et du courage, donc qu’il sécrète naturellement l’approche qui ne flanche ni ne ment, une critique sobre et plastique, répercutant sous les MOtS l’ART de l’ange si discret MOZART.

la-beaute-du-monde-la-litterature-et-les-arts,M343895
Jean Starobinski en famille, 1969, Archives Starobinski, http://images.telerama.fr/medias/2016/06/media_143485/la-beaute-du-monde-la-litterature-et-les-arts,M343895.jpg

Les grands liseurs n’ont-ils pas le génie, comme Jean Starobinski l’éternel émerveillé des livres fraternels, de faire durer doucement la vie ?

A14560
http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Quarto/La-beaute-du-monde

Même le roman policier, même sous la trame actuelle des drames, peut nous changer en fins limiers – sans qu’il soit besoin d’une lame – entre exil et péril, en plein Notre-Dame. Georges Bernanos en a montré le chemin : Alexis Ragougneau crée une fresque où frémit de rédemption le grotesque, où l’humanité veule évite le ravin.

108699727 (1)
http://p4.storage.canalblog.com/44/74/849913/108699727.jpg

Restons donc ensemble sur le pied d’harmonie : contre les tsunamis devenons des amis et qu’ainsi bouge, du frisson hébété aux moissons de l’été, La Tortue rouge.

Tortue_rouge_poster_jap_FR-1024x695
http://www.focusonanimation.com/wp-content/uploads/2016/04/Tortue_rouge_poster_jap_FR-1024×695.png

Que l’animale animosité se mue en âme et dignité : il suffit d’une haleine pour que l’animation pulvérise les graines de haine et favorise une apparition, pour que l’été splendide, avec le doigt de Thomas qui réoriente nos pas, vers l’essentiel nous guide.

 

 

2 Replies to “Du bon pied, partez dans un autre été.

  1. Qui est donc ce Jean Starobinski ?
    Et cet “Evangile pour un gueux” ? – c’est-à-dire… nous tous, n’est ce pas ?
    A lire ?
    Mais le score de la France 5/2 me réjouit très visuellement !

    1. Il suffit, chère Chantal, d’un clic gauche sur les noms en bleu pour actionner des liens qui donnent quelques renseignements nécessaires. Staro’ est toujours, à 95 ans, un critique littéraire humain et pour ainsi dire musicien, spécialiste notamment de Rousseau : il est le pendant ou plutôt l’antidote des théoriciens froids et techniciens qui sont apparus après lui… Quant à Ragougneau, malgré son nom qui ressemble à un pseudo’, c’est un auteur de théâtre et de polar aussi réel qu’intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *