Le bois, les bras : même combat.

Comme une cité bourgeonnant de sourires, mais aussi grimaçant sous le poids des douleurs, les arbres grincent, pâlissent et délirent : l’été les torture sans pitié ni douceur. En montée, en descente, pères des armoires et des ARTs, mais interdits de nouveau départ, sous des flammes violentes combien de bois souffrent en croix !

Hommage à l’arbre, trône et roi…

Pourtant, à Wesserling l’usine de tissage est devenue soudain fabrique à métissage. Les arbres venus de loin vous invitent : à régner à leur guise ils vous incitent. Alors les tout-petits vont avec appétit dévorer des mondes qui jamais ne fondent, puisque dans les sources de l’ART prend racine et pied leur regard.

L’enfant et les sortilèges” du piano.

Même en plein centre commercial, entre… l’ample noblesse du bois qui se croyait aux abois.

Centre commercial : Réunion… des arbres. “Contemplation” intitulée “Aux Arbres” par Victor Hugo.

Alors les lampes, passant la rampe, vont unir l’ancien atelier à l’arbre, aux troncs toujours altiers.

Mulhouse, rue des Franciscains : un arbre entre l’éclairage inutile et le tissage.

Jamais les bons alliages n’atteignent leur étiage : sous les membrures qui font trébucher, l’eau sue en silence comme un rucher dont les abeilles vertueuses veillent !

Mulhouse, place de la Réunion, devise de la ville “Freiheit und Eintracht” : Fraternité dans l’Unité !

Sachons faire fraternité, mobilisons nos forces ARTisanes, neutralisons les tentations partisanes, partons faire l’unité, comme les branches devenues planches portent des voix à chaque doigt, des lignes de signes qui s’accordent et vont vers l’infini sans fond, des équipages de tant de pages que de leur haleine sort l’air sauveteur de toutes les mers : c’est ainsi que l’oRdre germant du chaos l’empêche de mordre et le met K.O….

Rayonnage en cours de rayonnement.

Mais il faut aussi rire pour accorder les lyres, pour faire tourner sans les ajourner les roues qui travaillent entre satin, soie et sapins, qui de joie tressaillent.

Restaurer par l’art des roues celle de Mulhouse.

Alors, bien moulu, le gruau nourrit pleinement ADDUO. Sur les tables et sur les chaises circule une odorante braise : le feu du jeu et l’hARmonie des symphonies. Personne d’entre nous ne reste à part : nous sommes du bois dont on fait les ARts.

ADDUO en trio – ou quatuor virtuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *