575c2-Monreale--le-Duomo--Christ-Pantocrator
Mosaïque sicilienne, thierry.jamard.over-blog.com, http://a54.idata.over-blog.com/359×500/3/18/39/95/11–Juillet-2010/juillet-2010-03/575c2-Monreale–le-Duomo–Christ-Pantocrator.JPG

Deux termes “mosaïque” n’en finissent pas de nous interroger par leur homographie : l’adjectif signifiant “relatif à Moïse” et le substantif désignant le décor d’un sanctuaire des Muses… De même, deux “safran” d’origine arabe se ressemblent à l’oreille autant qu’ils diffèrent par le sens, entre la précieuse épice devenant jaune d’or et la plaque transmettant dans l’eau l’impulsion donnée par un pilote ou capitaine de navire à la barre ou bien au gouvernail.

YDCc5jfGW5F7FGOLjakw3YhMCmY
Maquette d’un “Futreau de Loire” montrant à gauche le safran, le-petit-menitreen.eklablog.com, http://ekladata.com/YDCc5jfGW5F7FGOLjakw3YhMCmY.jpg

Et que dire des trois ou quatre poêles qui nous mènent jusqu’aux salles communes des anciennes corporations, au chaud refuge guerrier d’un Descartes déployant ses cartes de la méthode, ce chemin qui relie les moyens et les fins, dans la deuxième partie de son Discours de la méthode ?

J’étais alors en Allemagne, où l’occasion des guerres qui n’y sont pas encore finies m’avait appelé; et comme je retournais du couronnement de l’empereur vers l’armée, le commencement de l’hiver m’arrêta en un quartier où, ne trouvant aucune conversation qui me divertît, et n’ayant d’ailleurs, par bonheur, aucuns soins ni passions qui me troublassent, je demeurais tout le jour enfermé seul dans un poêle, où j’avais tout loisir de m’entretenir de mes pensées. Entre lesquelles, l’une des premières fut que je m’avisai de considérer que souvent il n’y a pas tant de perfection dans les ouvrages composés de plusieurs pièces, et faits de la main de divers maîtres, qu’en ceux auxquels un seul a travaillé. Ainsi voit-on que les bâtiments qu’un seul architecte a entrepris et achevés ont coutume d’être plus beaux et mieux ordonnés que ceux que plusieurs ont tâché de raccommoder, en faisant servir de vieilles murailles qui avaient été bâties à d’autres fins.

Son petit frère ennemi Pascal jugea certes Descartes inutile et incertain, mais tout se passe comme si son aîné faisait éclater pour lui les limites par l’immense ordonnance qu’il découvrit dans cette pièce calfeutrée. Dès lors, écrit-Pascal,

Quand je m’y suis mis quelquefois à considérer les diverses agitations des hommes et les périls et les peines où ils s’exposent dans la Cour, dans la guerre, d’où naissent tant de querelles, de passions, d’entreprises hardies et souvent mauvaises, etc., j’ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre.

Sans doute est-ce paradoxalement ainsi que le cœur et l’esprit enfin se dilatent ensemble autour d’un foyer latent et pourtant si brûlant que, loin du divertissement, l’intime atteint les cimes de l’infini pour y faire son nid :

Nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes, au prix de la réalité des choses. C’est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Enfin, c’est le plus grand caractère sensible de la toute puissance de Dieu, que notre imagination se perde dans cette pensée.

vlcsnap-2013-12-15-16h23m06s244
Saint Jérôme lisant, par Georges de La Tour, http://culturebox.francetvinfo.fr/sites/default/files/assets/images/2013/12/vlcsnap-2013-12-15-16h23m06s244.png

Mais voici venir sans bruit, et comme un murmure instruit au terme d’humbles homonymes, des résurrections unanimes : la Bonne Nouvelle a non seulement pris la forme des quatre évangiles, mais aussi animé de racines – d’autant plus vivantes qu’elles sont plus profondes et mieux alimentées par l’Invisible – les membres du peuple de Dieu, son histoire et celle de la liberté comme de la civilisation. Après L’Évangile selon Pilate d’É.-E. Schmitt, signalons l’ouvrage de Denis Marquet paru tout récemment, Le Testament du Roc.

De son côté, le cinéaste Kevin Reynolds vient de réaliser Risen – La Résurrection du Christ : des lueurs de Pantocrator byzantin, de retable médiéval et visionnaire ou de brasiers intérieurs à la Georges de La Tour jouent avec la violence étatique de Rome, avec les paysages sépia d’une Palestine presque lunaire, avec l’aspiration du tribun Clavius qui semble incarner enfin son nom au contact de celui qui porte les clés divines, de ce Simon-Pierre qui est aussi un Roc : par deux fois, l’officier romain reconnaît et murmure son aspiration à “une journée sans mort” sur la terre comme au ciel, dans une incroyable Pentecôte pourtant bel et bien en marche, puisque “l’avenir du monde” fut ainsi mis au monde, pour faire éclore d’autres mosaïques, pour gouverner les nefs hors du tragique.

gf14-0019-1-affiche-grandformat-gruenewald-retable-issenheim
http://satisfecit-editions.fr/498/gf14-0019-1-affiche-grandformat-gruenewald-retable-issenheim.jpg

Car la résurrection de l’Oint de tout près nous prépare à l’improbable, nous dispose à l’ineffable, au souffle d’un élan frais qui nous tient prêts.

CarteArticle-3
https://www.infochretienne.com/wp-content/uploads/2016/02/CarteArticle-3.jpg

Comment donc traduire l’anglais “Risen” autrement que par “Résurrection-Insurrection” ? La roche du tombeau est lourde et ronde comme la pierre du pressoir qui va transformer l’homme, comme un lever du jour hors du désespoir sourd : voici le saint Suaire tissant nos sanctuaires. Le monde du neuf est plein comme un œuf : aux misères les plus inhumaines, atroces, la miséricorde divine offre des noces.

 

One Reply to “Deux “safran”, trois “poêle”… et combien de résurrections ?”

  1. Quel beau St Jerôme !
    Cette lumière intérieure / extérieure ou l’inverse…
    Plus prégnante que les gesticulations – nécessaires ? – hollywoodiennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *